Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

croyances - coutumes ; Océanie ; ethnologie

Dénomination

masque

Titre

masque Apouema

Lieu création / utilisation

Nouvelle-Calédonie (lieu d'exécution)

Période création/exécution

19e siècle

Historique

voir aussi le masque du Musée d'art et d'Hist. de Rochefort

Matériaux/techniques

bois (taillé), matériau d'origine animale, fibre végétale, cheveux, plume d'oiseau

Description

Masque Apouema, tête sculptée . La face est de forme convexe et se termine vers le bas en carré tandis que vers le haut elle est en pointe. les yeux sont ovales, les arcades sourcilières fortement marquées et le nez en "bec de perroquet". La bouche est concave et on observe l'absence de dents d'ordinairement soigneusement sculptées. C'est par cette bouche que le porteur du masque regarde. La coiffure est monumentale. elle se compose d'un couvre nuque surmonté d'un cylindre plus ou moins grand recouvert de cheveux. Ce cylindre est le "tidi" couvre chef traditionnel des notables. Le couvre nuque est ficelé par les trous sur le côté du masque. La ligature est cachée par de larges tresses de cheveux favoris. Vient ensuite le long manteau.

Dimensions

H. 200 ; D. 40

Utilisation/destination

parure

Précision utilisation/destination

Le masque calédonien est composé de trois parties: la face, la coiffure et le manteau de plumes de pigeon. la face est faite de bois tendre "doi", contrairement aux autres pièces calédoniennes qui sont en bois jaune de "houp" dur. En ce qui concerne la coiffure, les cheveux qui recouvrent le "tidi" appartiennent aux deuilleurs. Ces hommes s'enferment plusieurs mois avec le cadavre du chef décédé en se laissant pousser la barbe et les cheveux. Quand le corps est décomposé et que la tête peut être déposée sur l'autel des morts, les deuilleurs se font couper les cheveux et se purifient à la mer. Le couvre nuque est fait de lamelles fines reliées par un travail de sparterie bordé au bas par une fibre entourée de cordelettes de poils de roussette. cette fibre sert de tour de cou afin d'accrocher le manteau. Celui ci est constitué d'un filet de maille où sont accrochés par paquets des plumes de notou, pigeon de grande taille à la robe sombre. Le symbolisme du masque traduit plastiquement tout ce qui a trait à la vie. le danseur porteur du masque est l'image de la fécondité comme celle du maître du pays des morts. le masque n'est pas un objet de culte, mais peut être selon Maurice Leenhardt: "...un accessoire des fêtes, un déguisement théâtral. Il comporte aussi tous les privilèges et les dangers des déguisements qui au milieu du public exigent de leur porteur autant de tact que d'audace."

Etat de conservation

Bon état

Lieu de conservation

Evreux ; musée d'Art Histoire et Archéologie

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Evreux ; Musée de l'Ancien Evêché

Anciennes appartenances

Roncière le Noury (de la) Camille Adalbert Marie Clément

Numéro d'inventaire

10560

Copyright notice

© Evreux, Musée de l'Ancien Evêché, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Godais Jean

 

Renseignements sur le musée

 

07030005169

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Camille Adalbert Marie Clément) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0