Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Portrait d'homme (Alonso de Herrera ?)

Auteur/exécutant

THEOTOCOPOULOS Domenicos, LE GRECO (dit)

Précision auteur/exécutant

LE GRECO : Candie (Crète), 1541 ; Tolède, 1614

Ecole

Espagne

Période création/exécution

1er quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1600

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Dimensions

Hauteur en cm 79.7 ; Largeur en cm 64.7

Inscriptions

annotation ; inscription

Précision inscriptions

annotation au dos, en haut, au centre de la toile : Retrato. / de / Alonso Herrera. ; étiquette imprimée au dos, en bas à droite du cadre, étiquette de l'encadreur : 81, RUE ST LAZARE [...] WANDENBER [...] ; étiquette manuscrite au dos, en bas à droite du cadre : [...] Mr Ricart

Sujet représenté

portrait d'inconnu (homme, à mi-corps, barbe, col, livre, main)

Précision sujet représenté

L'identification du modèle de cette peinture, un homme lettré d'une quarantaine d'années, n'est pas encore clairement assurée. Signalée dès 1872 comme étant le Portrait d'Alonso de Herrera (vente Pereire), la toile est ainsi dénommée par Camon Aznar (1950) qui reprend cette hypothèse pour indiquer qu'il pourrait s'agir de l'effigie d'un peintre de Ségovie portant ce nom. Maranon (1956) préfère, quant à lui, y voir un professeur, du fait de son "geste d'orateur" et de ses attributs ; la main droite levée comme pour signifier l'éloquence et les deux ouvrages épais dont l'un, ouvert, désignent en effet davantage un "homme de lettres" qu'un artiste. Enfin, Wethey (1962) est tenté d'y reconnaître, en se rapportant à l'inventaire des tableaux fait par Jorge Manuel (Tolède, 1578 - Tolède, 1631), fils du Greco, en 1621, le Portrait de Soria de Herrera (n° 117), corregidor (premier magistrat) à Tolède en 1592-1593. La datation de l'oeuvre ne pose en revanche pas de difficulté majeure ; elle est située unanimement à la fin de la carrière de l'artiste, autour de 1600 (ou après 1610 pour Gudiol). De fait, la fraise, typique des costumes du tout début du XVII° siècle, comme la confrontation avec les portraits habituellement placés à la fin de la vie du Greco, autorisent à la dater vers 1600-1610 ; on la rapprochera plus particulièrement du Portrait de Jeronimo de Cevallos, ainsi que de deux autres portraits d'homme, également conservés au musée du Prado, et d'un Portrait de gentilhomme appartenant à la Pollock House de Glasgow, tous datés entre 1595 et 1610 environ. Toutes ces oeuvres ont en commun un même traitement hiératique de la figure : le modèle pose dans un costume sombre, la tête émerge d'une large fraise ; le travail pictural apparaît également très analogue d'un exemplaire à l'autre et semble s'être quelque peu éloigné de la "manière italienne" de l'artiste, si fortement inspirée du Tintoret, pour revenir à un style "plus espagnol", empreint de rigueur mais soumis aux déformations caractéristiques qui marquent les quinze dernières années de la production du maître. La réussite de ce portrait, si naturel et plein d'humanité, l'un des rares du peintre conservé en France (avec le Portrait présumé du comte de Benavente du musée Bonnat de Bayonne et le Portrait d'Antonio de Covarrubias du musée du Louvre), tient aussi à sa sobriété chromatique, construite à partir des bruns et du noir, d'ou se détache, au centre d'une fraise d'un blanc lumineux, sorte de "nimbe profane", le visage de l'homme. La délicatesse du pinceau s'affirme également dans le rendu du modelé, à la fois fluide et énergique, et l'allongement des formes notamment celui, spectaculaire de mollesse, des mains (qui a permis à Gudiol de suggérer une collaboration de Jorge Manuel). Notice de Matthieu Pinette

Etat de conservation

Bon état

Lieu de conservation

Amiens ; musée de Picardie

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Amiens ; musée de Picardie

Date acquisition

1890

Anciennes appartenances

Galerie, Galerie Ursais, XIXème siècle, Séville, (Acheté par Pereire à cette galerie.) ; Collection privée, Pereire, Vente Pereire, (n° 79) ; Collection privée, Ricard. G, Vente Ricard, 20 juin 1873, 1873, juin, 20, (n° 72) ; Collection privée, Lavalard, Frères, 1890

Numéro d'inventaire

M.P.Lav.1894-215

Exposition

Paris, Gazette des Beaux-Arts (Faubourg Saint-Honoré), El Greco, 1937. (n° 39)
Bordeaux, musée des Beaux-Arts, Le Greco, de la Crète à Tolède par Venise, 1953. (p. 5, n° 35, pl. XXIII)
Paris, Palais du Louvre, musée des Arts décoratifs, Trésors de la peinture espagnole. Eglises et musées de France, 1963. (pp. 25, 142, 145-147, n° 49)
Gand, musée des Beaux-Arts, El Greco, 1966. (pp. 30-31, n° 6 (notice de Jean Cassou))
Bologne, Pinacoteca Nazionale, Luci del Secolo d'oro Spagnolo, 1998. (pp. 236-237 (notice de Matthieu Pinette))
Amiens, musée de Picardie, Couleurs d'Italie. Peintures méridionales des musées d'Amiens, 1998-1999. (pp. 5-6 (notice de Matthieu Pinette))

Bibliographie

Catalogue des tableaux composant la collection Lavalard Frères de Roye au musée de Picardie, Amiens, 1894. (p.46, n°215 (Greco))
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Piteux Frères, 1899. (p.234, n°216 (Greco))
Gonse Louis, Les Chefs-d'oeuvre des musées de France. La Peinture, I, Paris, 1900. (pp. 14-16)
Calvert Albert F. et Gasquoine Hartley C., El Greco, 1909. (pl. 13-20)
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Picarde, 1911. (p.143, n°212 (Greco))
Mayer A., L., Domenico Theotokopouli El Greco, Munich, 1926. (pp. 63-64)
Boinet Amédée, Le Musée d'Amiens. musée de Picardie. Peintures, Paris, 1928. (pp. 11, 24)
Mayer A. L., El Greco, Berlin, 1931. (pp. 91, 114, 157, n° 60)
Cassou Jean, Le Greco, Paris, 1932. (p. 42)
Hartmann et Legendre, El Greco, Paris, 1937. (pl. 56)
Jamot Paul, La Peinture en Espagne, Paris, 1938. (pp. 24, 26)
Goldscheider Ludwig, El Greco, 1949. (p. 92)
Rouchès Gabriel, Greco, Paris, 1950.
Camon Aznar José, Domenico Greco, Madrid, 1950. (pp. 1169, 1251, n° 746)
Maranon Gregorio, El Greco y Toledo, Madrid, 1956. (pp. 102-103)
Soehner H., Greco in Spanien, Münchner Jahrbuch der bilden den Kunst, Munich, 1957, I. (p. 180)
Gaya Nuno Juan Antonio, La pintura espanola fuera de Espana (Historia y catalogo), Madrid, 1958. (n° 1364)
Wethey Harold E., Portraits du Greco en France, Revue du Louvre, 1962, 6, pp. 273-280. (pp. 273-280)
Manzini Gianna et Frati Tiziana, L'opera completa del Greco, Ed. Rizzoli, Milan, 1969. (p. 111, n° 111)
Guinard Paul et Frati Tiziana, Tout l'oeuvre peint de Greco, Paris, 1969. (n° 111)
Gudiol Jose, Domenikos Theotokopoulos, El Greco, Paris, Genève, 1973
Foucart (Borville) Jacques, Les Lavalard, Amiens, 1977. (pp. 19, 25, 28, n. 45, p. 45, n° 212)
Boyer Guy et Champion Jean-Loup (sous la dir.), Mille Peintures des Musées de France, Paris, Gallimard, 1993. (p. 318)
Huchard Viviane, Lernout Françoise, Mahéo Noël et Couderc Sylvie, Le musée de Picardie, Amiens, Paris, 1995. (pp. 84-85)
Pinette Matthieu, Couleurs d'Italie, couleurs du Nord. Peintures étrangères des musées d'Amiens, 2001, musée de Picardie / Somogy éditions d'art, (280 p. ; ouvrage accompagné d'un CD-Rom contenant l'intégralité des notices). (pp. 38-39)

Rédacteur

Cazenave Sabine

Copyright notice

© Amiens, musée de Picardie, © Direction des musées de France, 2008

Crédits photographiques

© Jeanneteau Marc

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

08120003330

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Galerie Ursais) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0