Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

L'Adoration des Mages ; La Adoración de los Magos

Auteur/exécutant

FERNANDEZ Alejo

Précision auteur/exécutant

FERNANDEZ : Luxeuil, ? ; Séville, 1545 ; nationalité : Hispanique

Ecole

Espagne

Lieu création / utilisation

Espagne, Andalousie, Séville (lieu de création)

Période création/exécution

1er quart 16e siècle

Historique

Alejo Fernández est le peintre le plus important au 16e siècle en Andalousie. D'origine germanique - on le mentionne " pintor alemán " - il oeuvre à Cordoue jusqu'en 1508. Séduit dans un premier temps par l'évocation des architectures renaissantes, il s'installe à Séville sur la demande du chapitre de la cathédrale. Le grand retable, encore en place, qu'il réalise pour le sanctuaire surprend par l'acuité psychologique des personnages, le souci du détail, la richesse des costumes ainsi que des intérieurs (Nativité de la Vierge, Présentation au Temple). Comme la plupart de ses collègues, il s'inspire de gravures italiennes ou flamandes dont Martin Schongauer. L'un de ses sujets de prédilection demeure l'Adoration des Mages où la Vierge apparaît telle une jeune mère à l'expression voilée de tristesse (Vierge à la rose, église Santa Ana de Séville) présentant le tragique destin de son enfant. L'une de ses plus célèbres compositions, la Vierge des Navigateurs, exécutée vers 1535 et conservée à l'Alcazar de Séville, reprend un thème du Moyen-Âge : la Vierge de Miséricorde. Le petit panneau du musée Goya peut être comparé de judicieuse manière à l'Adoration des Rois Mages du retable de la cathédrale de Séville. Dans ce dernier le décor est constitué de ruines à l'Antique alors que notre tableau représente l'intérieur, plus modeste, d'une étable. Exécuté selon toute vraisemblance pour un oratoire privé, ce panneau illustre bien le sens de la perspective, le souci très poussé du détail, ainsi que la recherche des effets lumineux subtils, en particulier dans le paysage lointain traité en clair-obscur au moyen de glacis. Les attitudes calmes, la composition triangulaire et oblique servent une mise en page inspirée des maniéristes nordiques. Notre regard tombe immanquablement sur la Vierge et l'Enfant Jésus que le rayon de l'étoile de la Nativité vient désigner. Le Roi Mage agenouillé au premier plan est très similaire à l'un des personnages de la Vierge des Navigateurs dans lequel on a voulu reconnaître Christophe Colomb qui prépare à Séville, en 1501, son quatrième et dernier voyage vers les Indes Occidentales. L'oeuvre est signée, chose relativement rare chez l'artiste, ce qui reflète l'évolution sociale des peintres au 15e siècle. Poésie, retenue et foi sincère sont les éléments marquants de cette très belle composition, la seule des collections françaises de la main d'Alejo Fernández. Extrait du cat. exp. Madrid/Bilbao, 2003, J. L. Augé

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, bois

Dimensions

Hauteur en m 0.46 ; Largeur en m 0.29

Inscriptions

signature (espagnol, gothique)

Précision inscriptions

signature en bas au centre : Alexo Frns : Alexo Fernandez

Sujet représenté

scène biblique (Adoration des Mages, Mage, Enfant Jésus, Vierge, Joseph)

Précision sujet représenté

L'Adoration des Mages déjà traitée pour la Cathédrale de Séville, témoigne à la fois de son sens de la perspective, du souci du détail très soigné et de la recherche des effets lumineux. La composition triangulaire et oblique dirige notre regard vers la Vierge et l'Enfant Jésus que le rayon de l'étoile vient désigner. Le paysage, véritable miniature, ménage des effets de transparence d'une finesse extrême. Pour la petite histoire, le personnage du Roi Mage agenouillé, serait, selon certains, Christophe Colomb lui-même...

Lieu de conservation

Castres ; musée Goya

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat avec participation ; Castres ; musée Goya

Date acquisition

1973

Anciennes appartenances

Moratilla Edouard

Numéro d'inventaire

73-3-1

Exposition

Dialogue entre deux collections. Chefs d'oeuvre du musée Goya de Castres et du musée des Beaux-Arts de Séville - Exposition du 30 novembre 07 au 11 mars 06 au musée des Beaux-Arts de Séville, du 22 mars au 10 juin 2007 dans les salles d'exposition de Caja Duero à Salamanque, du 25 juillet au 28 octobre 2007 au musée Goya de Castres. (p.56-59)
MADRID, BILBAO, 2002/2003, Obras Maestras Españolas del Museo Goya de Castres.

Bibliographie

Inventaire général des collections du musée Goya, Tome I, Peintures hispaniques - sous la directions de Jean-Louis Augé, Conservateur en Chef des musées de Castres (n°5, p.22)
Obras maestra del museo Goya. Madrid du 8 octobre au 1er décembre 2002 et Bilbao du 18 décembre 2002 au 23 février 2003, organisée par BBVA. (p.60 et p.195)
AUGE, J.L., Le Musée Goya..., op. cit., 1997 (p.25)
LASSAIGNE, J., La peinture espagnole. Des fresques romanes au Gréco, Skira, 1952.
ANGULO INIGUEZ, D., Alejo Fernandez, Sévilla, 1946. (p. 74.)

Rédacteur

Berthoumieu Cécile

Copyright notice

© Castres, Musée Goya, © Service des musées de France, 2011

Crédits photographiques

© Castres ; musée Goya, photographe : Pascal Bru

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

05940000007

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Moratilla Edouard) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0