Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Les Deux veuves d'un chef indien se disputant les honneurs du bûcher

Auteur/exécutant

LAGRENEE Louis Jean François (auteur)

Précision auteur/exécutant

LAGRENEE : Paris, 1725 ; Paris, 1805 ; nationalité : Française

Ecole

France

Lieu création / utilisation

Europe, Italie, Latium, Rome (lieu de création)

Période création/exécution

4e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1783

Historique

Cette grande toile fut exécutée pour le roi sur l'ordre du comte d'Angiviller et payée 6000 livres (F. Engerand). C'est à Rome où il était directeur de l'Académie de France (1781-1787) que la peignit Lagrenée, mais elle fut exposée à paris, au Salon de 1783 (n° 2), où elle obtint un grand succès auprès des critiques. Elle passa ensuite aux Gobelins pour y être transcrite en tapisserie, mais le Jury des Arts la rejeta au cours de sa séance du 29 fructidor an II (15 septembre 1794), comme "présentant des idées atroces" (Archives de l'Art Français). Le même jury l'envoya à Versailles, au Musée Spécial de l'Ecole Française, au cours de sa séance du 17 ventose an VI (7 mars 1798)(Archives du Louvre Z 4). Le tableau fut donné au musée de Dijon en 1812. La scène représentée dans ce tableau se réfère à une coutume que les auteurs de l'Antiquité rapportent souvent au sujet des peuples orientaux : celle des femmes qui se disputent les honneurs du bûcher de leur mari mort. Le premier à la raconter est sans doute Hérodote à propos des Thraces. Il s'agit toutefois ici d'un curieux épisode rapporté par Diodore de Sicile, que le livret du Salon de 1783 expose en détail : "Eumène, un des successeurs d'Alexandre, après une bataille contre Antigone, faisant ensevelir les morts, il se trouva parmi les corps celui d'un officier indien qui avait amené ses deux femmes. Il avait épousé l'une d'elles tout récemment. La loi du pays ne permettoit pas à une femme de survivre à son mari... ; mais la loi ne parlait que d'une seule femme et il s'en trouvait deux ; chacune prétendait devoir être préférée... ; on jugea en faveur de la seconde. La première se retira fort triste et baignée de larmes, déchirant ses habits et s'arrachant les cheveux ; l'autre, au contraire, parée de ses plus riches ornements, comme dans un jour de noces, s'avance avec gravité vers le lieu de la cérémonie où, placée sur le bûcher par la main de son propre frère, elle expira au milieu des acclamations et des regrets de tous les spectateurs". Le sujet est généralement mis en rapport avec la tragédie de Lemierre, "La Veuve de Malabar" (1770), qui remportait à l'époque un grand succès. La scène, intégrée dans un paysage qui veut évoquer l'Orient, est composée de deux groupes de figures qui s'opposent : à gauche, la première femme s'enfuit sous le regard apaisant d'Eumène ; à droite, dans un jeu de clair-obscur théâtral, la scène essentielle : la seconde femme, accueillie par son frère, s'avance avec gravité vers le bûcher sur lequel gît le défunt, tandis que le prêtre invoque les Dieux. A l'arrière-plan est évoqué le contexte historique de la scène : le champ de bataille où les soldats d'Eumène ensevelissent les morts. Cette composition recherchée montre un goût prononcé du peintre pour les effets théâtraux. Chaque personnage occupe la place qui lui revient, même l'esclave qui, au premier plan, se prépare à mettre le feu au bûcher. La facture, qui s'appuie sur un dessin très sûr, utilise des tonalités claires et douces qui ne sont pas sans rappeler l'art de Lesueur. Si le style se fait noble et sculptural et utilise des draperies à plis réduits et collants, s'inscrivant ainsi dans la veine du retour à l'antique, cette oeuvre de Lagrenée est cependant encore assez étrangère au goût néo-classique de l'époque et reste, somme toute, plus proche des leçons de Lemoyne que de la sévérité davidienne. (Notice extraite de l'ouvrage d'Alain Roy, "Les Envois de l'Etat au Musée de Dijon (1803-1815)", Paris, 1980)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Description

Peinture à l'huile sur toile ; Provenant de l'ancienne collection royale, passa ensuite aux Gobelins. Rejeté en 1794 par le jury de classement des modèles.

Dimensions

Dimensions Hauteur : 325 cm ; Largeur : 422 cm ; Hauteur (en cm) 325 ; Largeur (en cm) 422

Inscriptions

signature, lieu de création, date ; numéro

Précision inscriptions

signature, lieu de création, date, en bas à gauche : L. Lagrenée pinxit Romae 1783 ; numéro, en bas à gauche : peint : 60

Onomastique

Eumène

Sujet représenté

scène mythologique (dispute, femme, veuf, officier, Indien, crémation, rite sacrificiel, prêtre, cavalier, général, casque, cheval, femme, enfant, soldat, ensevelissement, cadavre)

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; transfert de propriété de l'Etat à titre gratuit ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date acquisition

2010

Anciennes appartenances

Collection royale, Louis XVI ; Collection publique, Les Gobelins, Paris, (Rejeté en 1794 par le jury de classement des modèles) ; Collection publique, Musée spécial de l'Ecole française, Versailles, 1798, 1812 ; Musée du Louvre, Paris

Numéro d'inventaire

CA 345 ; 237 (Cat. peint. françaises 1968) ; 345 (Cat. 1883) ; p. 53 (Cat. envois de l'Etat 1980)

Dépôt/changement affectation

dépôt ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date dépôt/changement affectation

1812

Commentaires

Dépôt de l'Etat de 1812, transfert de propriété de l'Etat à la ville de Dijon le 15 septembre 2010

Exposition

Salon, Paris, 1873 (n° 2)
Chefs d'oeuvre de l'art français, Paris : Palais des Beaux-Arts, 1937 (n°85)
The Age of Louis XIV, Londres : Royal Academy of Art, 1958 (n°250)
Tricentenaire du rattachement de Lille à la France, Lille, 1968 (n°27, reprod. p.84)

Bibliographie

Explications des peintures, sculptures et gravures de Messieurs de l'Académie Royale..., Paris, 1793 (p. 4, n°2)
Loterie pittoresque pour le Salon de 1783, Amsterdam, 1783 (pp17-18)
Messieurs, ami de tout le monde, Paris, 1783 (p.6)
La Critique est aisée, mais l'art est difficile, Paris, 1783 (p.1)
Notice des tableaux, statues, bustes, bas-reliefs, vases, bronzes, antiquités, dessins, estampes, etc. exposés au Musée de Dijon, Dijon : Frantin imp., 1818 (n°37 pp. 19-20)
Notice des objets d'arts exposés au Musée de Dijon, Dijon, Victor Lagier libraire, 1834 (n° 49)
Notice des objets d'arts exposés au Musée de Dijon et catalogue général de tous ceux qui dépendent de cet établissement, Dijon, Victor Lagier, 1842 (n° 66)
Clément de Ris (L.), Les Musées de province, Paris, 1859 (tome I) - 1861 (tome II) (t.II, p. 370)
Notice des objets d'art exposés au Musée de Dijon, Dijon, Lamarche, 1860 (n° 95)
Catalogue historique et descriptif du Musée de Dijon. Peintures, sculptures, dessins, antiquités, Dijon, Rabutôt imp., 1869 (n° 108)
Clément de Ris (Louis), Les Musées de province : histoire et description, Paris, 1872 (p. 476)
Catalogue historique et descriptif du Musée de Dijon. Peintures - Sculptures - Dessins - Antiquités - Collection Trimolet, Dijon, 1883 (n°345)
"Les Modèles des Gobelins devant le Jury des Arts en 1794", Archives des Arts français, 1897 (p. 363)
Engerand (F.), Inventaire des tableaux commandés et achetés par la Direction des Bâtiments du Roi (1709-1792), Paris, 1900 (pp. LXII et 254)
Locquin (Louis), La Peinture d'Histoire en France de 1747 à 1785, Paris, 1912 (p. 252)
Vollmer (H.), "L.J.F. Lagrénée", Thieme-Becker, t. XXXII, 1928 (p. 221)
Sandoz (M.), "L.J.F. Lagrénée, dit l'Aîné, peintre d'histoire" BSHAF (Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français), 1961 (p.126)
Vergnet-Ruiz (Jean) et Laclotte (Michel), Petits et grands musées de France, Paris : Cercle d'Art, 1962 (p. 241)
Rosenblum (R.), Transformation in late eighteenth century art, Princeton, 1967 (p.44,. pl. 41)
Lacambre (Jean), dans "De David à Delacroix, la peinture française de 1774 à 1830", Paris : Grand-Palais, 1974-1975 (p. 515)
Quarré (Pierre) et Geiger (Monique), musée des beaux-arts de Dijon. Catalogue des peintures françaises, Dijon, 1968 (n°237)
Roy (Alain), Les Envois de l'Etat au Musée de Dijon (1803-1815), Paris : Ed. Ophrys, 1980 (p. 53-54, pl. 14)
L'Art des collections : Bicentenaire du musée des beaux-arts de Dijon, Dijon : Musée des Beaux-Arts, (16 juin - 9 octobre 2000), Imprimerie Nationale, 2000 (p.158 fig.5)

Rédacteur

Creuzet Laurent ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Dijon, musée des beaux-arts

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

Cet artiste aux Archives Nationales (base Arcade)

Site complémentaire

Site associé

 

01370001941

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Rejeté en 1794 par le jury de classement des modèles) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0