Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

archéologie ; sculpture ; romain ; croyances - coutumes

Dénomination

figurine

Titre

Minerve

Lieu création / utilisation

Italie ; Rome (?, lieu d'exécution) ; Campanie (?, lieu d'exécution)

Période création/exécution

1er siècle av JC

Epoque/style/mouvement

romain

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Une petite Minerve en bronze, conservée à la Walters Gallerie de Baltimore, très proche par son attitude et son drapé, est comparable à celle de Chantilly. Ce type de statuette, qui semble avoir eu un certain succès, doit avoir été élaboré à Rome ou encore en Campanie, peut-être sur les modèles de la grande statuaire. La péninsule a effectivement fourni de nombreux exemples de plastique archaïsante, notamment la grande Athéna Promachos en marbre du musée national de Naples (inv. 6007), provenant de la villa des Papyri, à Herculanum.. La Minerve du Musée Condé est probablement une importation. En effet aucune production archaïsante comparable n'est pour l'heure attestée en Gaule romaine. Mise au jour près de Besançon, son utilisation première ne peut être déterminée avec certitude : elle

Découverte/collecte/récolte

France ; Doubs ; Besançon (lieu de découverte) ; (1805, date de découverte) ; découverte fortuite

Précision découverte/collecte

découvert en 1805 au lieu-dit " les Graviers Blancs ", à 4 kilomètres de Besançon ; tout comme l'OA 1203. Cette statuette aurait été découverte entre deux rochers, avec le Jupiter OA 1203, une allégorie de l'Abondance et un petit cerf (tous deux, ancienne collection Pourtalès, Dubois, n° 615 et 536) et avec quelques restes humains calcinés. Cet ensemble pourrait avoir décoré le laraire d'une riche maison de la région : la figure de l'abondance et plusieurs divinités gréco-romaines sont fréquemment combinés dans les petits sanctuaires domestiques

Matériaux/techniques

bronze, argent

Description

Cette figurine en bronze, coulée à la cire perdue, représente une divinité casquée : Minerve. Ses bras étaient fondus à part et rapportés, tout comme le cimier du casque. Ses yeux et les lanières de ses sandales sont incrustés en argent. La déesse, légèrement penchée vers l'avant, fait une grande enjambée : sa jambe droite est avancée, sa jambe gauche dégagée vers l'arrière, appuyée sur la seule pointe du pied. Elle tourne légèrement la tête vers la droite. Un chiton fin couvre le corps de Minerve, accroché sur l'épaule gauche par une fibule incrustée en argent. Cette tunique est griffée par quelques plis, visibles sur la partie supérieure gauche du torse. Entre les jambes, elle dessine cinq grands plis en serviette. Un court himation transversal, particulièrement orné, est agrafé sur l'épaule droite. Une série de plis en zigzag agrémente le bourrelet transversal et contraste avec la simplicité du chiton ; à partir de l'épaule et du sein droits, des plis en serviette dessinent un riche réseau. Les plis les plus proches de l'axe de la figure forment sur les deux cuisses une longue queue d'hirondelle. Ce système décoratif se retrouve symétriquement au revers de la figure. Minerve présente un visage à l'ovale régulier, elle porte un casque à visière, laissant échapper les mèches volumineuses de sa chevelure, qui ondulent vers les tempes et sont réunies en chignon bas dans la nuque.

Dimensions

H. 18

Précision inscriptions

Etiquette n° 55

Utilisation/destination

pratique votive (?)

Sujet représenté

divinité gréco-romaine (Minerve, debout, effet de tissu, casque)

Précision sujet représenté

La figurine entre dans un type fort répandu, celui des Athéna Promachos, élaboré en Grèce au VIème siècle avant J.-C. Elle devait brandir une lance et un bouclier. L'épaule gauche, légèrement penchée, laisse penser que le bouclier était de ce côté. L'absence de l'égide sur la poitrine, un des attributs les plus fréquents de la déesse, est étonnante.

Etat de conservation

manquent les deux bras et le cimier du casque ; l'épiderme est desquamé.

Lieu de conservation

Chantilly ; musée Condé

Statut juridique

propriété privée personne morale ; donation sous réserve d'usufruit ; Chantilly ; musée Condé ; interdiction de prêt ou de dépôt

Date acquisition

1886 date d'acquisition ; 1897 entrée matérielle

Anciennes appartenances

acquise par le comte de Pourtalès-Gorgier en 1820 ; achat à la vente Pourtalès, le 6 février 1865, par l'intermédiaire de H. de Triqueti ; Henri d'Orléans duc d'Aumale. Ce petit bronze de grande qualité, acquis de haute lutte à la vente Pourtalès est à juste titre une des oeuvres les plus renommées du cabinet d'Antiques du duc d'Aumale.

Numéro d'inventaire

OA 1202

Exposition

De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Chantilly, musée Condé, 5 juin - 9 septembre 2002

Bibliographie

Zagdoun, 1989, p. 66 et 197, pl. 8, fig. 34-35 ; n° 130 ; Boucher, 1976, p. 140 ; Lerat, 1964, p. 132, fig. 42 a ; Niemayer, 1960, p. 87, n° 2 ; Heuzey, 1897, p. 5-14, pl. I-II ; Reinach, II, p. 10, n° 3 ; Macon, 1907, p. 11 ; cat. de la vente Pourtalès, 1865, p. 112, n°556 ; Dubois, 1841, p. 104, n° 537, Panofka, 1834, p. 26-28, pl. IV. ; Comparaison :Hill, 1949, p. 89 , n° 184, pl. 38 ; Ludovic Laugier, De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Ed. Somogy - musée Condé, 2002, p. 116-118

Copyright notice

© Chantilly, musée Condé, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Ojéda ; © Réunion des musées nationaux - utilisation soumise à autorisation

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

M5052000135

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((acquise par le comte de Pourtalès-Gorgier en 1820) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0