Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

archéologie ; étrusque ; vie domestique

Dénomination

candélabre

Lieu création / utilisation

Italie (lieu d'exécution)

Période création/exécution

2e quart 5e siècle av JC

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Ce type de candélabre est une production typiquement étrusque. Il en existe dès le début du Vème siècle avant J.-C., souvent produits dans les ateliers de Chiusi. Celui de Chantilly, privé de la figurine qui en constituait le décor principal et d'une partie de ses moulures, doit être daté prudemment. Il est toutefois possible de le comparer avec l'exemplaire n° 12410 du Museo Gregoriano, au Vatican : s'y retrouvent les pieds à sabots, sur des bases rectangulaires, de même que la simplicité du motif intercalaire entre les pieds et la sobriété des moulures. A. Testa a établi une typologie précise à partir de la collection de ce musée. Le n° 12410 du Vatican, et donc le porte-chandelle du musée Condé, entrent dans le type B, daté des années 475-450 avant J.-C. Le musée Condé conserve en outre une figurine ayant décoré un autre candélabre étrusque (OA 1194)

Découverte/collecte/récolte

Italie ; Herculanum (?, lieu de découverte)

Précision découverte/collecte

provenance alléguée dans " provenance des antiques ", arch. du Musée Condé, NA 40/2

Matériaux/techniques

bronze

Description

Le candélabre, appelé aussi porte-chandelles, repose sur trois pieds terminés par des sabots. La soudure visible sous chacun d'eux confirme l'existence des bases circulaires, ou rectangulaires, qui les soutiennent traditionnellement. Trois petites coquilles décorent la jonction des pieds. Une moulure incisée d'oves et de fers de lance, surmontée d'une seconde, plus petite, décorée d'un rang de perles, garnissent toutes deux la base du fût. Celui-ci est gainé dans sa partie inférieure d'un motif de plumes ou d'écailles, terminé par un rang de perles. Il est ensuite cannelé sur toute la hauteur. La surface de sommet est arasée, là où une série de moulures devaient répondrent à celle de la base du fût. Le porte-chandelles à quatre branches, terminées par des fleurons a été fondu séparément. Au centre des branches, une base moulurée est soudée. Sa surface conserve une trace d'arrachement : la figurine qui décorait l'objet a disparu

Dimensions

H. 84

Utilisation/destination

éclairage

Etat de conservation

les bases circulaires sur lesquelles reposaient les pieds, les moulures qui décoraient le sommet du fût et un des quatre porte-chandelles manquent

Lieu de conservation

Chantilly ; musée Condé

Statut juridique

propriété privée personne morale ; donation sous réserve d'usufruit ; Chantilly ; musée Condé ; interdiction de prêt ou de dépôt

Date acquisition

1886 date d'acquisition ; 1897 entrée matérielle

Anciennes appartenances

don de la princesse de Salerne, 1851 ; Henri d'Orléans duc d'Aumale

Numéro d'inventaire

OA 1880

Exposition

De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Chantilly, musée Condé, 5 juin - 9 septembre 2002

Bibliographie

Macon, 1907, p. 12, n°4 ; Comparaison :Testa, 1989,p. 31-33, n° 7 ; Adam, 1984, p. 50-62 ; Boucher, 1970, p. 122-1213, n° 127, 128 ; Ludovic Laugier, De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Ed. Somogy - musée Condé, 2002, p. 64

Copyright notice

© Chantilly, musée Condé, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Ojéda R G ; © Réunion des musées nationaux - utilisation soumise à autorisation

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

M5052000076

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((don de la princesse de Salerne) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0