Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

ameublement ; ébénisterie

Dénomination

commode

Auteur/exécutant

JANSEN Georges (ébéniste)

Lieu création / utilisation

France, Ile-de-France, Paris (lieu de création)

Période création/exécution

3e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1765 entre ; 1775 et

Epoque/style/mouvement

style transition Louis XV-Louis XVI

Historique

Suivant les formes de cette commode nous pouvons en donner une datation approximative des 1765-1775, dates qui correspondent en France au style dit Transition (entre le Louis XV et le Louis XVI) Les formes droites, à l'ornementation sobre, les montants rectilignes, le très léger renflement de sa façade, tous ces éléments le confirment

Matériaux/techniques

acajou, bois citron, bronze, marbre, marqueterie

Description

Commode relativement petite et sommairement parallélépipédique, à trois tiroirs en façade et traverses apparentes. Cette commode montre un montage ancien, avec une âme en chêne pour les montants traverses et éléments de panneaux ; la façade du meuble, à cause de son placage, ne nous permet pas de mettre en évidence le montage de ce meuble ; c'est donc l'arrière qui nous a renseigné pour la partie technique Les éléments sont tous assemblés avec le principe simple des tenons et mortaises chevillés. Sur cette commode chaque assemblage comporte une cheville, ce qui ne révèle rien de particulier, même si la coutume au dix-huitième siècle voulait que les assemblages du bas d'un meuble soit renforcé par deux chevilles. Le plateau supérieur de la commode, dissimulé sous le marbre, présente une légère variante au montage du reste de la commode, les traverses primaires et secondaires sont montées à queue d'aronde sur les montants et une traverse intermédiaire, approximativement au centre participe au raidissement du plateau, mais elle n'est pas visible sous le plateau et ne sert que de simple alèse. Les panneaux de bois au centre de ces assemblages, montés à rainures et languettes, présentent une rétractation dans le sens du séchage, ce qui met le décor en péril. Les tiroirs sont de même dimension (H 0,155m ; L 0,675m ; P 0,39m) et montés à queues d'arondes larges et irrégulières. La face avant des tiroirs est composée de planchettes posées les unes sur les autres pour constituer cette forme légèrement renflée en façade On remarque une oxydation normale sur le revers des tiroirs, ce qui indique une utilisation ancienne. Le décor consiste en un placage de bois exotique en motifs géométriques, le frisage. Sur les côtés, un frisage ouvert dit en fougère ; l'encadrement est en acajou dont la couleur rouge et chaude n'est bien visible que sur les côtés qui n'ont pas eu trop à souffrir du soleil. En façade, sur les tiroirs, l'encadrement frisé est séparé du fond par un filet de bois de bois citron. Les angles antérieurs de la commode sont plaqués en bois de fil ce qui rompt avec les autres placages obliques. Les pieds sont plaqués sur les faces extérieures. Les formes sont très simples ; un volume parallélépipédique sur des pieds courts, des côtés légèrement convergents, un renflement au centre, des angles avant coupés et arrondis et des pieds antérieurs présentant une petite courbe dérivée du pied en biche Louis XV. Les bronzes qui ornent (sabots, coins, motif sur la traverse inférieure, poignées et entées de serrures) sont eux à l'antique, de style Louis XVI. Cette commode par son décor de frisage est comparable à différents meubles dus à Jansen

Dimensions

Hauteur en cm 78.5 ; Longueur en cm 83 ; Largeur en cm 44.5

Inscriptions

estampille

Précision inscriptions

estampille, Angle antérieur gauche : La provenance de cette commode est inconnue, mais son estampille nous renseigne sur son auteur et son lieu de création. En effet sous la tablette de marbre, nous avons trois marques au maillet, comme il est de coutume, sur la traverse de ceinture supérieure, ainsi que sur la traverse secondaire gauche, deux fois JME (pour la Jurande des Menuisiers Ébénistes de Paris) et l'estampille G.Jansen pour l'ébéniste Georges Jansen. De taille normale ces marques semblent authentiques. : JME, sigle correspondant à la Jurande des Menuisiers Ébénistes de Paris, frappée au maillet ; estampille, Angle antérieur gauche : De taille normale ces marques semblent authentiques : G . JANSEN

Etat de conservation

En 2012 : Bon état, complet

Lieu de conservation

Nantes ; musée départemental Dobrée

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; legs ; Loire-Atlantique ; musée départemental Dobrée

Date acquisition

2002

Anciennes appartenances

ervole Nelly

Numéro d'inventaire

2001.9.1

Commentaires

Nous pouvons citer une commode Louis XV en tombeau, vendue à Avranches en 1986. Si elle n'a que peu à voir avec la forme notre commode, elle s'en approche par son frisage en bois de rose et de palissandre, et sa manière d'être chantournée entre le fond et le cadre. A l'exception de cette autre commode, nous avons peu de meuble qui comprennent une décoration aussi sobre et qui soient estampillés Jansen : une commode Transition aux dimensions supérieures de quelques centimètres, mais surtout a deux tiroirs et aux traverses non visibles, le tout orné de marqueteries aux formes charmantes d'instruments de musique, montre le style pour lequel Jansen est célèbre (En vente à Versailles le 17.7.1979)

Bibliographie

La collection de Mobilier du Musée Dobrée à Nantes : du XVIème siècle au milieu du XIXème siècle. Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Mme Véronique MEYER, 2000-2002 (N° 28)

Copyright notice

© Nantes, musée départemental Dobrée, © service des musées de France, 2012

Crédits photographiques

© musée Dobrée

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

07450073556

Notices :  

1  

Lots de réponses :  


Requête :   ((JANSEN Georges) :AUTR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=3, Génériques=0