Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 164
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Fleurs rouges sur fond vert

Auteur/exécutant

LOUIS Séraphine, SÉRAPHINE DE SENLIS (dite)

Précision auteur/exécutant

Arsy, 1864 ; Clermont de l'Oise, 1942 ; femme

Période création/exécution

1er quart 20e siècle

Millésime création/exécution

1920 entre ; 1925 et

Historique

Séraphine commence à peindre vers 1905, mais sa première œuvre attestée (Fleurs dans un panier, conservée au musée d'Art et d'Archéologie de Senlis), est plus tardive, vers 1910. Les motifs de fleurs, de branches et de fruits constituent la thématique exclusive de l'art de Séraphine, peut-être issu d'un attachement particulier à la nature ou d'une rencontre avec une iconographie végétale croisée dans des livres ou des journaux. Peu de recherches se sont orientées vers les sources de son art, qu'elle pratique en autodidacte, mais avec une détermination qui lui permet de transcender les lacunes de son bagage culturel. La démarche de Séraphine s'inscrit dans l'un des courants forts de la création occidentale depuis la fin du XIXe siècle, qui vise à remiser les dogmes de l'art savant au profit des cultures « autres », exotiques ou populaires, dont les apports bouleversent les acquis des siècles passés. Après avoir découvert le Douanier Rousseau dans les années 1900, Wilhelm Uhde s'intéresse à une deuxième génération d'artistes autodidactes : Bombois, Vivin, Bauchant et Séraphine. Ces artistes ont en commun d'œuvrer sans savoir-faire académique. Séraphine s'en distingue par une psychologie déviante dont résulte une peinture tournée vers l'expression d'un monde intérieur, chargée selon Uhde de « confessions extatiques ». Fleurs rouges sur fond vert est caractéristique des petits formats des débuts de Séraphine. L'œuvre est inédite, jamais référencée jusqu'à présent, et provient d'une collection particulière. Le support, en carton, confirme l'inscription de l'œuvre entre 1920 et 1925, période durant laquelle Séraphine peint sur des matériaux pauvres de récupération (bois, pots de crème, boîtes à chapeaux, cartons à chaussures, boîtes de camembert, panneaux d'aggloméré…). La composition très naturaliste, la palette à la gamme réduite, la manière de créer des cernes épais de couleur sombre sur les pétales et les feuilles, le remplissage plus clair de ces éléments végétaux le rapprochent notamment de trois tableaux, Fleurs sur fond bleu (ca 1920, Bönnigheim, Museum Charlotte Zander), Fleurs (ca 1922, Musée d'art moderne de Genève) et Petites fleurs (ca 1925, ancienne coll. Mabille à Bruxelles, aujourd'hui coll. particulière). Sur ces deux derniers, il a été noté un usage mixte de peinture à l'huile et de ripolin. En cette année où le musée d'Art et d'Archéologie célèbre le 150e anniversaire de la naissance de l'artiste, ce tableau complèterait à propos le fonds senlisien en offrant un nouveau support à l'étude récemment entreprise par Marie-Odile Hubert, diplômée de l'Inp - département des restaurateurs, sur l'utilisation du Ripolin par Séraphine (thèse conduite sous la direction de Gilles Barabant). Comme elle le fait fréquemment, Séraphine utilise ici le Ripolin en plusieurs couches en créant des variations de couleurs qui contribuent par leurs irrégularités à donner au fond un aspect vaporeux. Le non respect des temps de séchage a provoqué des craquelures qui ajoutent un certain naturalisme dans la description du bouquet. Il faut sans doute voir dans ces imperfections une intention de l'artiste plutôt qu'un manque de maîtrise des techniques picturales.

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, carton

Description

Séraphine utilisait de la peinture à l'huile Ripolin

Dimensions

H. 0,22 ; l. 0,275 m

Inscriptions

signé

Précision inscriptions

S.b.d. : S.Louis

Sujet représenté

représentation végétale (bouquet, fleur)

Lieu de conservation

Senlis ; musée d'Art et d'Archéologie

Statut juridique

propriété de la commune ; Senlis ; musée d'Art et d'Archéologie ; don

Date acquisition

2014

Anciennes appartenances

Vente publique le dimanche 23 mars 2014 à 14h30 - SCP D. LE COËNT-de BEAULIEU et V. de M. - 63 rue du Faubourg Saint-Martin - 60300 Senlis

Numéro d'inventaire

A.2015.1.1

Date dépôt/changement affectation

2014

Bibliographie

LUSARDY Martine (dir.), L'art brut, Paris, Citadelles & Mazenod, 2018

Rédacteur

ASTIER-DUMARTEAU Marie-Bénédicte ; CAMINO Luc ; CAMINO Luc

Copyright notice

© Musées de Senlis, © Service des Musées de France, 2019

Crédits photographiques

© Irwin Leullier

 

Renseignements sur le musée

 

M0809029327

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200  

Lots de réponses :  

1-200  201-369 


Requête :   ((23) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0