Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 3
Domaine

hygiène - médecine - santé ; vie domestique

Dénomination

tétine

Auteur/exécutant

DODIE (fabricant)

Lieu création / utilisation

France, Ile-de-France, Hauts-de-Seine, Suresnes (lieu d'utilisation)

Précision lieu création/utilisation

Crèche Darracq ou Dispensaire médical municipal Raymond Burgos (lieu d'utilisation)

Période création/exécution

1ère moitié 20e siècle

Matériaux/techniques

caoutchouc (moulé)

Description

Tétine en caoutchouc brun. La tétine présente sur son pourtour, en relief, des indications allant d'une à trois barres verticales.

Dimensions

H. 4,6 cm ; D. 3,8 cm ; VOLUM. 0,0001

Utilisation/destination

santé ; alimentation des nourrissons ; allaitement

Précision utilisation/destination

Cette tétine était utilisée dans le dispensaire municipal Raymond Burgos ou dans la crèche Darracq, dans le bas de Suresnes. Cet établissement, en plus de garder les nourrissons, effectuait la surveillance médicale des enfants jusqu’à trois ans ainsi que des futures mamans. D’après les indications de l’emballage et de la notice, cette tétine s’adapte sur les biberons à vis, elle ne s’aplatit pas en cours de tétée. Elle est percée à l’avance d’une fente à ouverture variable rendant son débit réglable selon la position du biberon. Grâce à trois repères, on peut obtenir un débit réduit pour « bébés gloutons », un débit normal résultat de la succion et de la pression des lèvres et enfin un débit plus important par simple pression des lèvres pour les « bébés fatigués ou paresseux ». Dès 1919, le programme électoral d'Henri Sellier prévoit l’organisation d’un service social municipal composé de plusieurs institutions permanentes mais aussi grâce au service de douze infirmières visiteuses géré par le bureau municipal d’hygiène. Les services de conseils et les consultations sont gratuits, le coût des autres prestations dépendant du degré d’indigence. Au bas de la ville, le dispensaire ouvre ses portes dès 1931 sous le nom de « centre médical Raymond Burgos ». Il propose de nombreux services : chirurgie, oto-rhino-laryngologie, ophtalmologie, neuropsychiatrie, rayons ultraviolets, radiologie ainsi qu’un service d’information sur les assurances sociales. Le bâtiment présente trois étages prenant en compte différentes problématiques d’hygiène et de confort. Les services de la petite enfance prennent place dans le bâtiment voisin, la crèche Alexandre Darracq, construite grâce au don du riche industriel suresnois remplit deux fonctions : - assurer la garde et la surveillance médicale des nourrissons et des jeunes enfants jusqu'à l'âge de trois ans au sein d’un service municipal de crèche. - être à la disposition des mères et des enfants à travers différents services tels que la vente en biberons de lait contrôlé1, la visite médicale des nourrissons et des consultations prénatales pour les futures mamans. L’hospitalisation temporaire des enfants est aussi possible après la vaccination antituberculeuse. Ce service est départemental. Ce type d’établissements exerce son activité grâce à une autorisation délivrée par le préfet, après avis du directeur départemental de la santé. Les textes nous donnent une idée des conditions matérielles du service médical de la petite enfance à Suresnes : d’après le Journal Officiel de la République française, les conditions techniques d’agrément des consultations prénatales sont les suivantes. « Chaque consultation prénatale doit posséder au moins : -un bureau médical pourvu de l’outillage indispensable à l’examen correct des consultantes et comportant notamment une table gynécologique. Deux déshabilloirs au moins doivent être annexés à ce bureau et disposés de manière que les consultantes accèdent directement dans le bureau ; -une salle spéciale dans laquelle une sage-femme ou une infirmière recueille les urines des consultantes et en effectue l’analyse (recherche de sucre et d’albumine) ; -une salle de stérilisation ou au moins une étuve sèche et des armoires pour conserver les instruments et objets de pansements ; -une réserve de pharmacie avec placards fermant à clé pour les toxiques ; -une salle d’attente spacieuse et contenant un nombre de sièges avec dossiers (bancs ou chaises) proportionné au nombre de consultantes pouvant être admises à chaque consultation. A cette salle est annexé un bureau pour la personne chargée d’accueillir et de renseigner les consultantes ; -un fichier médical et social. Chaque consultante doit posséder une fiche médicale sur laquelle figure notamment le relevé des examens pratiqués et des traitements prescrits. Ces fiches, régulièrement mises à jour, sont classées dans un meuble fermant à clé ; le personnel médical a seul qualité pour les consulter. De plus, l’aménag ement d’une consultation prénatale devra comprendre dans toute la mesure du possible : -une pièce spéciale pour effectuer les prises de sang ; -une installation radiologique permettant de pratiquer l’examen radioscopique des consultantes. Les consultations prénatales importantes ne possédant pas d’installation radiologique devront pouvoir recourir à une installation située à proximité. » Le service de consultation de nourrissons a pour objet de surveiller la croissance et le développement des enfants de zéro à trois ans, d’encourager l’allaitement maternel, de diriger le sevrage et l’ablactation. Il sert à propager des notions d’hygiène, de diététique et de prophylaxie. Il peut éventuellement constituer un intermédiaire pour la distribution des allocations d’assistance aux femmes en couches et des primes d’allaitement. Le service de consultation des nourrissons doit répondre aux mêmes exigences matérielles que celui des consultations prénatales avec les équipements supplémentaires suivants5 : « -un ou deux boxes d’isolement au moins, situés près de l’entrée de la consultation, afin d’y placer les enfants suspects de maladies contagieuses ; -une salle de pesée, où une infirmière pèsera chaque nourrisson et inscrira sur une fiche individuelle le poids constaté ; -un fichier médical et social. Chaque enfant doit posséder une fiche médicale sur laquelle figure un relevé des examens pratiqués et des traitements prescrits. Ces fiches, régulièrement mises à jour, sont classées dans un meuble fermant à clé ; le personnel médical, seul, à qualité pour le consulter ; -un garage pour les voitures d’enfants. Si la consultation est importante : -une salle de rhabillage où la mère habille son enfant en sortant du bureau médical ; -une goutte de lait ; -une salle pour le traitement par rayons ultra-violets, ce traitement en pouvant être effectué que sur prescription et sous surveillance médicale. » Les consultations prénatales sont effectuées par des médecins agréés par le médecin départemental de la santé qui assurent eux-mêmes la consultation. Il signe lui-même les certificats, les feuilles de maladie ainsi que les ordonnances. Il est assisté d’au moins une infirmière diplômée d’état et d’une sage-femme. La consultation prénatale est l’occasion de mettre les consultantes en relation avec un accoucheur et un praticien de médecine générale. La consultation des nourrissons n’est pas obligatoirement dirigée par un médecin même si elle est placée sous la responsabilité d’un médecin chef agréé par le directeur départemental de la santé. Une puéricultrice, une sage-femme ou une infirmière diplômée d’Etat mène la consultation. Le service social est, quant à lui, assuré par une assistante sociale. Ce service de consultations pré-natales et pédiatriques était complété à Suresnes par un Centre clinique de puériculture de 65 lits pour l’hospitalisation temporaire des enfants soumis à une surveillance médicale et hygiénique stricte après l’administration du B.C.G. L’activité de la crèche consiste en la garde, pendant la journée, durant le travail de leurs mères, de 25 à 30 enfants bien portant ayant moins de trois ans accomplis. Les enfants y reçoivent les soins hygiéniques qu’exige leur âge. La crèche doit cependant recevoir obligatoirement la visite hebdomadaire d’un médecin agréé qui examine les enfants et décide de leur admission définitive, surveille la santé des enfants et du personnel, prescrit, s’il y a lieu, l’exclusion des malades et décide, après guérison, s’ils doivent être réadmis. Les services médicaux et de garde d’enfants sont donc étroitement liés à la crèche Darracq rendant difficile l’attribution de chacun de ces objets à un domaine précis. La crèche municipale a été édifiée sur les plans de Maurice Maurey. La crèche comporte des dortoirs et des salles de jeux largement éclairés et aéré. La réglementation impose une superficie de 3m² par enfant dans les dortoirs où ils pourront être surveillés de l’extérieur. Ces salles de repos ne peuvent pas comporter plus de vingt lits. Il est recommandé de placer les berceaux au-dessus du sol afin d’éviter la zone la plus froide de la pièce et pour faciliter le travail des infirmières. Chaque enfant est toujours couché dans le même lit qui est numéroté et où est placée la feuille individuelle d’observation avec le relevé de poids, de taille et les indications de régime.

Etat de conservation

Bon ; complet ; 16/12/2015

Lieu de conservation

Suresnes ; musée d'Histoire urbaine et sociale

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Suresnes ; musée d'Histoire urbaine et sociale

Date acquisition

16/12/2015

Anciennes appartenances

Crèche Darracq ou Dispensaire médical municipal Raymond Burgos

Numéro d'inventaire

2015.4.4.2

Rédacteur

Emeline Trion

Copyright notice

© Suresnes ; musée d'Histoire urbaine et sociale, 2015, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Emeline Trion

 

Renseignements sur le musée

 

M0418008639

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Burgos) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0