Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 10
Domaine

estampe

Titre

La Passion sur cuivre : L'homme de douleur debout à la colonne

Auteur/exécutant

DURER Albrecht (dessinateur, graveur)

Précision auteur/exécutant

DURER : Nuremberg, 1471 ; Nuremberg, 1528 ; nationalité : Allemande

Ecole

Allemagne

Période création/exécution

1er quart 16e siècle

Millésime création/exécution

1509

Historique

Série de la Passion sur cuivre ; En 1507, environ dix ans après l'ambitieux programme de l'Apocalypse (1496-1498 ; quinze planches) et parallèlement à la réalisation des onze bois de la Grande Passion sur bois (1497-1511), Dürer se lance dans un nouveau projet, la Passion sur cuivre, où il va explorer le même thème en usant d'un médium différent. Son achèvement en 1513 s'explique vraisemblablement par la mise en oeuvre, de 1509 jusqu'à la publication en 1511, d'un vaste cycle de trente-sept xylographies consacrées elles aussi aux ultimes souffrances du Christ et intitulé la Petite Passion sur bois. Les seize épreuves de la Passion sur cuivre étant chacune datée, montrent une nouvelle fois qu'elles ne sont pas traitées selon l'ordre chronologique des événements. Ainsi, à son retour d'Italie, en 1507, Dürer grave la Déploration et en 1508, l'Agonie au Jardin des Oliviers et l' Arrestation du Christ, deux scènes nocturnes révélatrices du changement profond qui s'est opéré dans le style graphique de Dürer. L'année 1508, en effet, est marquée par l'intégration de ce que Panofsky a appelé le " ton moyen ". En 1509 et en 1511, il aborde respectivement les thèmes de l'Homme de Douleur debout à la colonne et de la Crucifixion. L'année suivante, 1512, sera en revanche consacrée à dix burins, tandis qu'une dernière gravure, sans lien réel avec la Passion, Saint Pierre et saint Jean à la porte du Temple, datée 1513, ne semble pas avoir fait l'unanimité quant à son appartenance à la série. L'ensemble, à l'inverse de la Petite Passion sur bois, a été publié sans texte, ce qui indique une intention tout autre de la part de l'artiste. Le sens du rythme dans la construction scénographique et le rôle de la lumière, focalisée sur le ou les protagonistes de chaque scène, grâce aussi à une utilisation percutante du clair-obscur, à seule fin de renforcer encore les effets dramatiques, au fond, tous ces éléments mettent en évidence le talent exceptionnel de Dürer à " donner à voir " le drame intime de la Passion, peut-être précisément en raison de cette économie de moyens. Evitant le ton précieux tout en procédant avec minutie dans le moindre détail, chaque composition se distingue par l'élégance de son graphisme : cette suite, en fait, s'adresse à des amateurs éclairés, des fins connaisseurs plutôt qu'à de fervents dévots. La Passion sur cuivre et la Passion verte conservée à l'Albertina de Vienne ont partie liée. Cette dernière, ainsi surnommée en raison du papier vert qui lui sert de support, regroupe, suite à une perte, un ensemble de onze dessins datés 1504 (plume, pinceau, lavis noirs et rehauts de blanc), qui révèlent des clairs-obscurs accomplis, dont il reste encore les quinze études préparatoires. La Passion verte n'a cessé de soulever des questions, et même, certains points n'ont pas été élucidés définitivement : à quelle fin notamment ont-ils été conçus et réalisés ces onze dessins au clair-obscur si achevé ? La critique autorisée s'accorde à dire qu'il s'agit vraisemblablement d'une suite réalisée par Dürer en personne, avec l'aide éventuelle de son atelier, mais toujours sous sa direction. Toujours est-il que ces dessins restés à l'état de projet, ont pu constituer en quelque sorte une réserve où le maître avait toute liberté de se servir, notamment quand il débuta la Passion sur cuivre, ce qui s'est traduit, d'une part, par de grandes similitudes de scènes entre les deux séries, et de l'autre, par l'utilisation magistrale du clair-obscur fondant l'intensité dramatique de l'ensemble du cycle gravé. (Anny Claire Haus)

Matériaux/techniques

papier vergé, burin

Dimensions

Hauteur de l'oeuvre en cm 11.7 ; Largeur de l'oeuvre en cm 7.4 ; Hauteur de la feuille en cm 12 ; Largeur de la feuille en cm 7.6

Inscriptions

monogramme, date ; inscription

Précision inscriptions

monogramme, date, devant en haut à gauche : Signé du monogramme et daté 1509, en haut à g. ; inscription manuscrite, derrière, illisibles

Sujet représenté

scène biblique (Passion, Christ, debout, colonne, personnage, prière)

Lieu de conservation

Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat ; Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins

Date acquisition

1913

Anciennes appartenances

Collection privée, Revue Alsacienne Illustrée, (Illustrierte Elsässische Rundschau ; 1913, acquis par le Cabinet des Estampes et des Dessins. Inv. XIII, 18 ) ; Revue Alsacienne Illustrée

Numéro d'inventaire

CE XIII.18 ; 77.R.2009.0060 (N° récolement) ; B.3 - 18

Exposition

STRASBOURG, Attraits subtils, 2007-2008 (Palais Rohan, galerie Heitz)

Bibliographie

cat. expo STRASBOURG, Attraits subtils, 2008 (p. 106-107)
SCHOCH, et al., Dürer Drückgraphische Werk, 2001 (Tome I, p. 130, n° 45, ill. )
catalogue établi par Sophie Renouard de Bussiere (cat. exp. Paris 1996, p. 214-215.)
MEDER, J., Dürer-Katalog, 1932 (n°3)
Adam BARTSCH, Le Peintre graveur, Leipzig, 1866-1876 20, in 12° (n°3)

Copyright notice

© Strasbourg ; cabinet des estampes et des dessins, © Service des musées de France, 2013

Crédits photographiques

© BERTOLA

 

Renseignements sur le musée

 

00130068260

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Cabinet des estampes) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0