Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 2
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Quatre études de paysages

Auteur/exécutant

BONVIN François

Précision auteur/exécutant

Paris, 1817 ; Saint-Germain-en-Laye, 1887 ;
A l'occasion d'un démontage récent des quatre panneaux, la découverte d'une signature au pied de la maison, s'inscrivant sur un horizon bas, de la composition gauche, a permis d'apporter un autre éclairage sur ces petites peintures. Traditionnellement attribuées à Théodore Rousseau, elles plaçaient déjà ces oeuvres, réalisées à l'huile, dans le contexte des paysagistes de l'école de Barbizon. Comme eux, Bonvin est un admirateur de la peinture hollandaise. Une enfance difficile le contraignit à vite abandonner les cours gratuits de dessin auxquels il était inscrit pour entrer dans des métiers successifs - imprimerie, police - qui lui laissaient néanmoins le loisir de fréquenter le Louvre et d'y copier. Il accumule aussi, à ses débuts, une variété de compositions dans des genres très divers ; les portraits cèdent le pas aux paysages d'après nature ; plus tard ses thèmes de prédilection seront la nature morte en alternance avec des scènes d'intérieur

Ecole

France

Période création/exécution

19e siècle

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, chêne, carton

Description

Tableau 1 (en haut à gauche) : huile sur toile ou papier collé sur chêne chanfreiné. Tableaux 2 et 3 (en haut à droite et en bas à gauche) : huiles sur chêne. Tableau 4 (en bas à droite) : huile sur carton

Inscriptions

signé

Précision inscriptions

signé en noir en bas à gauche sur le panneau I : F Bonvin

Sujet représenté

paysage (maison, chaumière, arbre, personnage)

Précision sujet représenté

Sur la diagonale, les paysans au repos et la chaumière près des arbres, sont réalisés sur des petits panneaux de chêne propices à la peinture de plein air comme la ferme isolée dont le support - toile très fine ou papier - est également marouflé sur chêne. Seul le dernier panneau est sur carton ; la matière picturale est d'ailleurs plus épaisse. La présence de l'eau, avec ses reflets, la densité des grands arbres, ont sans doute conduit la légataire (Melle Duché, 1897) à donner ces petits paysages au plus célèbre des peintres paysagistes de Barbizon, Théodore Rousseau. Il n'est pas exclu que la fermière au bord de l'étang reste en quête d'auteur. (Marie Lapalus)

Lieu de conservation

Mâcon ; musée des Ursulines

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; legs ; Mâcon ; musée des Ursulines

Date acquisition

1897

Anciennes appartenances

Duché Marie-Charlotte

Numéro d'inventaire

A.412

Exposition

Paysage, Exposition au musée des Ursulines à Mâcon. Du 17 janvier au 17 mars 2002 ; prolongée jusqu'au 9 avril

Bibliographie

Cahiers d'inventaire n°5, Paysages..., 2002 / Jean-Claude Culas, Marie Lapalus, Benoît Mahuet, Nane Tissot

Copyright notice

© Mâcon, Musée des Ursulines, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Jean-Claude Culas - Musées de Mâcon

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

Cet artiste aux Archives Nationales (base Arcade)

Site complémentaire

Musées en Bourgogne

 

01720004307

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Duché Marie-Charlotte) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0