Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 47
Domaine

peinture

Dénomination

panneau

Titre

Paysage hollandais

Auteur/exécutant

VERNIER Emile Louis

Précision auteur/exécutant

Lons-le-Saulnier 1829/11/29 ; Paris 1887/05/26 ;
lithographe, aquafortiste, peintre de marines ; Vernier fit ses débuts au Salon en 1857 comme lithographe où il présente des gravures d'après des oeuvres de Courbet, Corot, Daubigny, Bonnat et Millet. Au contact des naturalistes, il vient spontanément au paysage et ses premières peintures apparaissent au Salon en 1864. Ces paysages du Jura sont fortement inspirés du réalisme de Courbet. Emile Vernier peint ses premières marines dès 1870, d'après des vues d'Etretat et Yport. Sa passion des bords de mer le conduira ensuite successivement à Marseille puis en Bretagne. Les années 1875 - 1876 le trouvent en Hollande. Les traces de son passage dans cette contrée constituent une indication précieuse pour la datation de la peinture des collections mâconnaises, nous permettant ainsi de la rapprocher d'une série de marines consacrées aux voiliers et au port d'Amsterdam

Ecole

France

Période création/exécution

2e moitié 19e siècle

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, bois

Dimensions

H. 34 ; l. 23.5

Inscriptions

cachet ; dédicace ; signé

Précision inscriptions

cachet effacé : COLIN ... PARIS ? ; signé et dédicacé en bas à gauche : a . mon . ami . Henri . Havard . Emile . Vernier

Sujet représenté

paysage (rivière, bateau à voiles, berge, moulin à vent, maison, reflet)

Précision sujet représenté

Le cadrage serré de cette oeuvre, plaçant en étroite relation un bateau à voile et un moulin, la terre et la mer, se veut une ode aux Flandres, pays des vents et des plaines. L'évocation des paysages du Nord dans une toile au format vertical fait apparaître par un contraste symbolique la platitude de ce pays, où le vent peut circuler librement, avec des éléments de paysage suggérant une verticalité toute artificielle. Ainsi, le jeu des drisses se déployant autour du mat et sur la baume, compose une grande et fragile pyramide suggérant malaise et dépit de vivre dans une nature sans relief. En Flandres, il n'y a pas que des cathédrales pour unique montagne. (Benoît Mahuel)

Lieu de conservation

Mâcon ; musée des Ursulines

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; legs ; Mâcon ; musée des Ursulines

Date acquisition

1923 acquis ; 1922 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Havard Henry

Numéro d'inventaire

A.727

Exposition

Paysage, Exposition au musée des Ursulines à Mâcon. Du 17 janvier au 17 mars 2002 ; prolongée jusqu'au 9 avril

Bibliographie

Cahiers d'inventaire n°5, Paysages..., 2002 / Jean-Claude Culas, Marie Lapalus, Benoît Mahuet, Nane Tissot

Copyright notice

© Mâcon, Musée des Ursulines, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Tournier Pascal - utilisation soumise à autorisation, musées de Mâcon

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site complémentaire

Musées en Bourgogne

 

01720004488

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Havard Henry) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0