Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le Martyre de saint Sébastien

Auteur/exécutant

BASSANO Jacopo (auteur)

Précision auteur/exécutant

BASSANO : Bassano del Grappa, 1510 ; Bassano del Grappa, 1592 ; nationalité : Italienne

Ecole

Italie

Anciennes attributions

L'oeuvre a été réquisitionnée par Denon lui-même au Belvédère de Vienne, puis envoyée à Dijon en 1812 ; attribuée à Leandro dans les catalogues de Dijon (de 1815 à 1883) et par Clément de Ris, puis à Girolamo par Arslan et enfin à Jacopo, en collaboration avec son dernier-né, par Berenson, elle est reconnue - depuis l'exposition parisienne du "XVIe Siècle européen" en 1965 - 1966 (où Rosenberg décelait une intervention de Francesco) - comme largement puis uniquement de Jacopo.

Période création/exécution

3e quart 16e siècle

Millésime création/exécution

1574

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Le succès de cette composition est attesté par l'existence de deux gravures, l'une de Téniers, dans le 'Theatrum Pictorium", en sens inverse, et avec la légende "v Hoy d" (elineavit) Offenbeck s (culpsit)", l'autre, de même sens, mais en hauteur, dans le "Prodomus" (Stampart et Brenner, 1745). Le tableau est mentionné dès 1659 dans l'inventaire de la collection de Léopold Guillaume à Vienne publié par Adolf Berger, comme une oeuvre du "Vieux Bassan". L'attribution est reprise en 1901 et en 1932 par Berenson, qui en 1957 suppose la participation de Gerolamo. En 1929 - 1930, Wart Arslan voit en Jacopo l'auteur du prototype de cette peinture, connu à son avis à travers la toile de Dijon et la gravure de Teniers. Par ailleurs, et malgré l'inscription (peut-être signature authentique de Jacopo), au bas du tableau, Clément de Ris en 1861 et 1872 le donne à Leandro, Wart Arslan en 1931 le croit de Gerolamo, tandis qu'en 1960 il l'attribue à Gerolamo, très proche de Jacopo. En 1965 - 1966, Pierre Rosenberg rend l'oeuvre à Jacopo lui-même, avec la collaboration de Francesco, plutôt que de Gerolamo, trop jeune, en 1574, pour aider son père. La date portée sur la toile est confirmée par la ressemblance du saint avec le même personnage dans la peinture autrefois aux Ognissanti de Trévise, "Saint Roch, saint Sébastien et saint Fabien", que l'on s'accorde à dater entre 1576 et 1580, et par l'existence du dessin de même composition daté de 1574 conservé à Windsor Castle, peut-être exécuté d'après le tableau, à titre de "ricordo" (William R.Rearick, "Burlington Magazine", décembre 1962, p. 530, n. 33). D'un thème traditionnel l'artiste tire un parti inédit ; le canon trapu et plébéien du saint confère à la scène une vigueur et une authenticité nouvelles, encore accentuées par la composition, audacieusement décentrée. Mais la qualité de cette peinture réside surtout dans l'éclairage, projeté sur le corps du martyr avec une violence dramatique, tandis qu'un visage d'enfant, évoqué dans l'ombre par un reflet lumineux, suffirait à lui seul à nous convaincre que l'oeuvre appartient bien à Jacopo. (Notice de Marguerite Guillaume, extraite du "Catalogue raisonné du musée des beaux-arts : peintures italiennes", Ville de Dijon, 1980)

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Description

Peinture à l'huile sur toile ; Cadre en bois doré mouluré

Dimensions

Dimensions Hauteur : 65.4 cm ; Largeur : 76.2 cm ; Dim. hors tout (en cm) HAC 84 LAC 95 EPT 4.5 ; Hauteur (en cm) 65.4 ; Largeur (en cm) 76.2 ; Epaisseur du châssis (en cm) 2 ; Hauteur avec cadre (en cm) 84 ; Largeur avec cadre (en cm) 95 ; Epaisseur totale (en cm) 4.5

Inscriptions

signature, date (latin)

Précision inscriptions

signature, date, sur le socle des deux colonnes : JAC. / BASSANEN / FACIEBAT / AN / MD / LXXIV

Sujet représenté

scène (martyre, saint Sébastien, bourreau, arc, flèche, enfant)

Précision sujet représenté

Dans une composition décentrée en diagonale, admirable de simplicité et de spontanéité, le peintre renouvelle la manière de montrer le sujet : la victime, attachée, solitaire, au sommet de deux marches à la colonne d'un portique, et son bourreau, dressé au bas de l'escalier, s'opposent, séparés par un vide et rejetés de chaque côté de la toile, sous l'influence possible du traitement illusionniste donné au thème par Véronèse en 1558 de part et d'autre de la partie supérieure de la nef de San Sebastiano à Venise. On retrouve la position de l'acteur principal, penché en avant et jambe droite avancée - attitude d'acceptation du sort qui devient canonique pour toute l'école (inspirée peut-être par Véronèse dans la même église) - dans d'autres oeuvres de Jacopo, en premier lieu, pour la figure de saint Sébastien dans "Saints Roch et Sébastien" (vers 1551, bannière de procession, Poughkeepsie, Vassar College, Art Gallery), "Saints Fabien, Sébastien et Roch" (vers 1565, Trévise, Museo Civico, esquisse à Saint-Pétersbourg, Ermitage) peints par Jacopo à la même époque pour l'église des Ognissanti de cette ville, mais agrandis et remaniés par Ludovico Pozzoserrato (vers 1550 - vers 1610) à la fin du siècle, "Saint Roch visitant les pestiférés" (vers 1573, Milan, Pinacoteca di Brera), "Saint Roch en gloire entre Job et saint Sébastien" (signé de Jacopo et Leandro, daté 1582, Vicence, Palazzo della Provincia) et plus tard, pour celle du Christ, dans un certain nombre de "Flagellation" (notamment Willumsen, fig. 21), voire de "Dérision" (Oxford) et dans le "Baptême" (collection particulière). Exécutée dans un style réaliste et luministe prérembranien, la toile détache en pleine lumière, dans une atmosphère crépusculaire, le corps plébéien et trapu du saint et le turban du bourreau vu de dos, annonçant les dramatiques visions nocturnes de la dernière période du peintre, après 1580. Jacopo imagine de meubler l'espace vers le centre par un jeune garçon placé au fond et en contrebas, qui hésite à saisir une flèche tombée sur les marches, selon un système de commentaire poétique et symbolique de l'action par un observateur innocent, humain ou animal, mis au point dans les scènes sacrées de la jeunesse.

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; transfert de propriété de l'Etat à titre gratuit ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date acquisition

2010

Anciennes appartenances

Collection impériale, Leopold-Guillaume, 1652, Bruxelles ; Collection publique, Vienne, Galerie du Belvédère, 1781, 1809 ; Collection publique, Musée du Louvre, Paris, 1809, 1812 ; Musée du Louvre, Paris

Numéro d'inventaire

CA 41 ; 41 (Cat. 1883) ; 13 (Cat. peint. italiennes 1980) ; p. 66 (Cat. envois de l'Etat 1980)

Commentaires

Dépôt de l'Etat de 1812, transfert de propriété de l'Etat à la ville de Dijon le 15 septembre 2010

Exposition

La Découverte de la lumière des Primitifs aux Impressionnistes, Bordeaux : musée des beaux-arts, 20 mai - 31 juillet 1959, (n°4, pl.22 (Jacopo))
Le XVIe siècle européen. Peintures et dessins dans les collections publiques françaises, Paris : Petit Palais, octobre 1965 - janvier 1966, (n°34 p.25 reprod. (composition de Jacopo, avec large collaboration de Francesco))
L'Art religieux à Venise 1500-1600, Nice : Musée national Message Biblique Marc Chagall, 7 juillet - 1er octobre 1979, (n°3 p.14 reprod. (Jacopo))
La Peinture italienne dans les musées de Dijon, Dijon, 21 juin - 21 décembre 1980 (publication d'un dépliant) (reprod.)
Bassano et ses fils dans les musées français, Paris : Département des Peintures du Musée du Louvre, 18 juin - 21 septembre 1998 (n°6 p.71 reprod. (Jacopo))
L'Art des collections. Bicentenaire du musée des beaux-arts de Dijon, Dijon : musée des beaux-arts, 16 juin - 9 octobre 2000 (Cat. B 35 p. 169)
Beutekunst unter Napoleon : Die "französische Schenkung" an Mainz 1803, Mayence : Landesmuseum, 2003-2004 (n° 218 p. 318 (reprod. coul.))
Splendeur de Venise 1500-1600 : Peintures et dessins des collections publiques françaises, Bordeaux : musée des beaux-arts, Caen : musée des beaux-arts, 2005-2006 (n° 11 p. 50, reprod. coul. p. 51 (Jacopo))
Splendeur de Venise 1500-1600, Bordeaux : musée des beaux-arts, Caen : musée des beaux-arts, 2005-2006 (dossier de presse) (p. 17)

Bibliographie

Berger (A.), "Inventar der Kunstsammlung des Erzherzogs Leopold Wilhelm von Oesterreich (1659)" nach der Originalschrift im fürstlich schwarzenbergschen Centralarchive, Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des allerhöchsten Kaiserhauses, t.I, 1883 (p.CV, col.73, n°329 (Jacopo))
Mechel (Chrétien de), Catalogue des tableaux de la Galerie Impériale et Royale de Vienne, Bâle, 1784 (p.75 n°30 (Jacopo))
Logan (Mary), "Notes sur les oeuvres des maîtres italiens dans les musées de province : Musée de Dijon", Chronique des Arts et de la Curiosité, sup. à la Gazette des Beaux-Arts, 1895 (p.363 (Jacopo, tardif))
Berenson (Bernard), The Venetian Painters of the Renaissance, New York, Londres, 1897 (p.76 (Jacopo Bassano))
Berenson (Bernard), The Venitian Painters of the Renaissance, New York, Londres, 1899 (p.84)
Berenson (Bernard), The Venetian Painters of the Renaissance, New York, Londres, 1901 (p.84 (Jacopo))
Magnin (Jeanne), La peinture au Musée de Dijon, Dijon, 1914 (1918 sur la couverture) (p. 276 (Léandre))
Magnin (Jeanne), Picture in the Museum of Dijon, Dijon, 1914 (1915 sur la couverture) (n°41 pp. 248-249 (Léandre))
Mercier (F.), "Les trésors d'art de la France, le musée de Dijon", L'Art et les artistes, n°31, nov. 1922 (p.31 (Leandro))
Arslan (Wart), "Gerolamo da Ponte", Dedalo, X, 1929-1930 (p.565 (Jacopo Bassano, avec réserve))
Arslan (Wart), I Bassano, Bologne, 1931 (p.304 (Girolamo Bassano))
Berenson (Bernard), Italian Pictures of the Renaissance, Oxford, 1932 (p.56 (Jacopo Bassano))
Magnin (Jeanne), La peinture au Musée de Dijon, 3e éd. revue et complétée, Besançon, 1933 (p.224 (Léandre))
Berenson (Bernard), Italian Pictures of the Renaissance : Venetian School, 2 vol., Londres, 1957 (I, p.17 (Jacopo Bassano, aidé de Girolamo Bassano))
Arslan (Wart), I Bassano, Milan, 1960 (T.I, pp.288 (Girolamo Bassano, proche de Jacopo Bassano) et 385 (ne sait pas que le tableau de Léopold Guillaume est le même que celui de Dijon))
Rearick (W.R.), "Jacopo Bassano : 1568 - 1569", The Burlington Magazine, CIV, 717, décembre 1962 (p. 530, note 23)
Ballarin (A.), "I veneti all'esposizione "Le seizième siècle européen" del Petit Palais", Arte Veneta, XIX, 1965 (p. 239)
Ballarin (A.), "Chirurgia Bassanesca I", Arte Veneta, XX, 1966 (p.136, note 7)
Chiarini (M.), "Il Cinquecento Europeo a Parigi", Bollettino d'Arte, 1966, I-II (p. 136, note 7 (Jacopo Bassano))
Donzelli (Carlo) et Pilo (Giuseppe Maria), I Pittori del seicento veneto, FLorence, 1967 (p.72 (Girolamo Bassano))
Garas (Klara), "Das Schicksal der Sammlung des Erzherzogs Leopold Wilhelm", Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen in Wiem, 64, XXVIII, 1968 (p.191, p.222 n°329, p.197 fig.263)
Ballarin (A.), "Introduzione ad un catalogo dei disegni di Jacopo Bassano (I)", Arte Veneta, XXIII, 1969 (p. 113, note 50 (Jacopo Bassano))
Roy (Alain), "Les Envois de l'Etat au musée des beaux-arts de Dijon (1803 - 1815)", L'Information d'Histoire de l'Art, septembre-octobre 1971 (p. 190)
Roy (Alain), Les Envois de l'Etat au Musée de Dijon (1803-1815), Paris : Ed. Ophrys, 1980 (p.66-67, pl.27 (Jacopo))
Guillaume (Marguerite), Catalogue raisonné du musée des beaux-arts : peintures italiennes, Ville de Dijon, 1980 (n°13 reprod. (Jacopo))
Ballarin (A.), "Jacopo Bassano. San Pietro risana lo storpio", à l'occasion de l'exposition "Pittori padani e toscani tra Quattro e Cinquecento", Vicence, Antichi Maestri Pittori, 1988 (p. 2 (Jacopo Bassano))
Rearick (W.R.), "Jacobus a Ponte Bassanensis. I dipinti della tarda maturita (1568 - 1574), III, Bassano del Grappa, 1989 (Introduction, p. 14 (Jacopo Bassano))
Starcky (Emmanuel), Gras (Catherine) et Meyer (Hélène), Le musée des beaux-arts de Dijon, Paris, 1992 (Musées et Monuments de France, Fondation Paribas) (p. 50, reprod. et p. 53 (Jacopo))
Jacopo Bassano e l'incisione. La fortuna dell'arte bassanesca nella grafica di riproduzione dal XVI al XIX secolo, Bassano del Grappa : Museo Civico, 1992 (p. 85, cité au n° 71 (tableau de Dijon très pro che de celui de Léopold Guillaume), notices des dessins n° 106 et 113 et p. CXLVI-CXLVII, note 262, n° 46)
Ballarin (A.), "La Bottega di Jacopo Bassano negli anni settanta : un tentativo di bilancio con Qualche esempio", seconda conferenza nell'ambito del XXXIV Corso Internazionale di Alta Cultura della Fondazione Giorgio Cini sul Tema : "Civilta di terraferma e Venezia nell'eta di Bassano", 2 septembre 1992 (p. CXC (Jacopo Bassano))
Jacopo Bassano, c. 1510 - 1592, cat. publié à l'occasion de l'exposition "Pittori Padani e Toscani tra Quattro e Cinquecento", Bassano del Grappa : Museo Civico ; Fort Worth : Kimbell Art Museum, 1992 - 1993 (p. CXLVI-CXLVII, note 262, n° 46 (Jacopo))
Ballarin (A.), "Pittura del Rinascimento nell'Italia settentrionale 2. Jacopo Bassano","Scritti 1964 - 1995", Cittadella, 1995 (2 vol. ) (I, p. 82, note 1, pp. 171-172, note 1 (Jacopo Bassano), II, Pp. 254-255 et 360 (Jacopo Bassano))
Starcky (Emmanuel), Barthélémy (Sophie), Cariel (Rémi) et al., Le musée des Beaux-Arts de Dijon, RMN, musée des beaux-arts de Dijon, Paris, 2002 (p. 52, reprod. (Jacopo))

Rédacteur

Creuzet Laurent ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© François Jay - musée des beaux-arts de Dijon

 

Renseignements sur le musée

 

01370006107

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Leopold-Guillaume) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0