Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 119
Domaine

peinture ; médiéval ; croyances - coutumes

Dénomination

tableau

Titre

Retable de saint Georges (tableau votif)

Auteur/exécutant

anonyme (auteur)

Précision auteur/exécutant

Atelier dijonnais

Ecole

Bourgogne

Lieu création / utilisation

France, Côte-d'Or, Dijon (lieu de création, lieu d'utilisation)

Période création/exécution

15e siècle

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Le parallèle est évident entre le Retable de Saint Georges et le Retable de Saint Denis. Jusqu'à sa mise en dépôt à Dijon, en 1968, leur histoire les lie. Après avoir figuré dans la collection Bartholomey, à Dijon jusqu'en 1849, les retables furent donnés au musée du Louvre par Jules Maciet, en 1891. Les dimensions des deux panneaux sont les mêmes, la similitude de la composition est flagrante : le Retable de saint Denis montre sur un fond d'or, de part et d'autre du Christ crucifié, deux scènes de la vie du premier évêque de Paris : à gauche, sa dernière communion, qui lui est apportée en prison par le Christ, et sa décollation en compagnie de ses compagnons Rustique et Eleuthère, à droite. On retrouve dans le Retable de saint Georges le même fond doré sans perspective, le Christ crucifié marquant l'axe central et les deux épisodes de la vie du saint de part et d'autre, où les gestes des bras armés des bourreaux se répondent. Les circonstances de la commande du Retable de saint Denis sont bien établies et appartiennent à l'achèvement du décor peint de la chartreuse. Il fut peut-être commencé par Jean Malouel et, comme le dit le texte d'archives, "parfait [achevé]" par Henri Bellechose en 1416. Les circonstances exactes de la commande du Retable de saint Georges nous échappent : la présence d'un chartreux sur le tableau laisse penser qu'il s'agit, plutôt que d'une commande ducale, plutôt que de l'image anonyme d'un chartreux, simple support pour la prière, de l'offrande d'un des religieux désireux de compléter un décor demeuré incomplet. On peut préciser leur emplacement d'origine, car on sait que deux tableaux de sujets identiques, peints en 1741 par Carle Van Loo, furent installés dans le choeur des convers, de part et d'autre de la porte qui donnait accès au choeur des pères. C'est sans doute à cette date que les deux retables quittèrent Champmol, plutôt qu'à la Révolution, puisqu'ils sont absents des inventaires dressés lors de la suppression du couvent. Un certain nombre de détails invitent à situer la réalisation du Retable de saint Georges au milieu du XVe siècle, comme la solidité des figures, les drapés aux plis cassés du manteau de la Vierge et de la veste du bourreau, ainsi que le traitement naturaliste de la végétation entre les figures. On peut rapprocher également les visages de la Vierge et des saintes femmes de fragments de vitraux provenant de la Sainte-chapelle de Dijon, qui datent du milieu du XVe siècle... Ces caractéristiques contradictoires rendent le tableau difficile à dater et le peintre difficile à situer dans une production bourguignonne du XVe siècle d'ailleurs fort mal conservée et encore mal connue. Le peintre n'est pas exempt d'une certaine maladresse, comme en témoignent le dessin peu heureux des mains, la sécheresse de certains drapés et l'entassement des figures dans un espace trop étroit. Mais il faut reconnaître chez lui la robustesse, la vigueur expressive et l'efficacité narrative qui font la saveur de la peinture bourguignonne à l'époque où le mécénat ducal s'est effacé. (Notice de Sophie Jugie extraite de "L'Art à la cour de Bourgogne : Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419)", Dijon : Musée des Beaux-Arts, 28 mai - 15 septembre 2004, Cleveland : The Cleveland Museum of Art, 24 octobre 2004 - 9 janvier 2005) ; Ce retable a été commandé au milieu du XVe siècle pour orner l'un des autels du choeur de l'église de la Chartreuse de Champmol, en pendant au Retable de saint Denis. Celui-ci, aujourd'hui au Musée du Louvre, a été achevé en 1416 par Henri Bellechose, peintre au service du duc Jean sans Peur. Les deux tableaux étant placés en symétrie, l'artiste a repris ici les dimensions et la composition du premier retable. On y retrouve le même fond doré sans perspective, le Christ crucifié marquant l'axe central, et, de part et d'autre, deux épisodes de la vie du dragon et le martyre du saint décapité devant l'empereur Dioclétien. Nous ignorons la date précis e et l'auteur de ce tableau, dont le commanditaire est peut être le chartreux représenté au pied de la croix. Le style des drapés, le traitement réaliste des visages, les riches tissus, des végétaux invitent cependant à situer sa réalisation en Bourgogne vers 1440-1450. (Guide des collections permanentes - musée des beaux-arts de Dijon) ; Atelier dijonnais ; voir aussi : Messagerie I : Deus (2010-6-2)

Découverte/collecte/récolte

Dijon (lieu de provenance) ; église

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, bois, toile

Description

Huile sur bois transposé sur toile marouflé sur panneau

Dimensions

Dimensions Hauteur : 161.5 cm ; Largeur : 211.5 cm ; Hauteur (en cm) 161.5 ; Largeur (en cm) 211.5 ; Hauteur avec cadre (en cm) 185 ; Largeur avec cadre (en cm) 232.5 ; Poids (en kg) 150

Inscriptions

inscription (latin, gothique)

Précision inscriptions

inscription, sur le phylactère : du chartreux : MISERERE MEI DEUS, traduction : Aie pitié de moi Seigneur.

Utilisation/destination

pratique votive ; culte des saints

Sujet représenté

scène biblique (Calvaire, Les trois Marie, chartreux : en donateur, agenouillé, phylactère, signe alphabétique) ; scène (saint Georges, en pied, lance, armure, bouclier, mise à mort, dragon, délivrance, jeune fille, princesse, bijou, ceinture) ; scène (martyre, saint Georges, agenouillé, bourreau, arme de main, décollation, foule, homme, spectateur, couvre-chef, Dioclétien) ; fond de paysage (fleur, plante)

Source sujet représenté

Nouveau Testament

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

Paris ; musée du Louvre département des Peintures

Date acquisition

1968 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Propriété ecclésiastique, Chartreuse de Champmol, Dijon ; Collection privée, Bartholomey M. ; Collection privée, Maciet Jules, 1849, Paris ; Collection publique, Musée du Louvre, Paris, 1891, (Don de Jules Maciet au Louvre)

Numéro d'inventaire

D 1968-3-P ; 4 (Cat. peint. françaises 1968) ; R.F. 657 (Louvre)

Dépôt/changement affectation

dépôt ; échange ; Dijon ; musée des beaux-arts

Date dépôt/changement affectation

1968

Exposition

Exposition des Primitifs français, Paris : Musée du Louvre, Pavillon de Marsan ; Paris : Bibliothèque Nationale, 1904 (n° 388)
La Chartreuse de Champmol, foyer d'art au temps des ducs Valois, Dijon : musée des beaux-arts, 1960 (n° 39)
L'Art à la cour de Bourgogne : Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), Dijon : musée des beaux-arts, (28 mai - 15 septembre 2004), Cleveland : The Cleveland Museum of Art, (24 octobre 2004 - 9 janvier 2005) (n°100, reprod)

Bibliographie

Champeaux (A. de), "L'Ancienne école de peinture de la Bourgogne", dans Gazette des Beaux-Arts (Paris), 3e pér., XIX, 1898, T. I, pp. 36-44 et 129-142
Kleinclausz (A.),"Les peintres des Ducs de Bourgogne", dans La Revue de l'art ancien et moderne (Paris), XX, 1906, pp. 161-176 et 253-268 (p.176)
Bazin (Germain), La Peinture française des origines au XVIe siècle, Editons Braun, 1907
Lemoisne (P.-A.), La Peinture au Musée du Louvre : Ecole française, XIVe - XVIe siècles, Paris, 1929 (p.II (attr. à H. Bellechose, premier tiers du XVe))
Lemoisne (P.-A.), La Peinture française à l'époque gothique. Quatorzième et quinzième siècles, Paris-Florence, (1931) (p.52 (Ecole de Dijon, H. Bellechose ? premier quart XVe))
Dupont (Jacques), Les Primitifs français (1350-1500), Paris, Plon, (1937) (p.157)
Sterling (Ch.-J.), La Peinture française : les Primitifs, Paris, 1938 (pp.61-63)
Jacques alias Sterling (Charles), Les Peintres du Moyen Age, Paris : Ed. Pierre Tisné, 1942
Ring (Grete), La Peinture française du quinzième siècle, (Glasgow, 1949) (n° 55 (Ecole espagnole, première moitié du XVe))
Sterling (Charles), "Oeuvres retrouvées de Jean de Beaumetz, peintre de Philippe le Hardi", dans Bulletin des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles (Miscellanea Erwin Panofsky), IV, 1955, pp. 57-82 (p.66, p.68, p.75)
Laclotte (Michel), "Chartreuse de Champmol : Exhibition at Dijon", Burlington Magazine, 1960 (p.496)
Sterling (Charles) et Adhémar (Hélène), La Peinture au Musée du Louvre : Ecole française, XIVe - XVIe siècles, Paris, 1965 (n°14, pl.49-51)
Troescher (Georg), Burgundische Malerei. Maler und Malwerke um 1400 in Burgund, dem Berry mit der Auvergne und in Savoyen mit ihren Quellen und Ausstrahlungen, 2 vol., Berlin, (1966) (p.121, fig.117)
Quarré (Pierre), "musée des beaux-arts de Dijon. Acquisitions (1965-1968)", La Revue du Louvre et des Musées de France, 1968, n°1 (p.464)
Quarré (Pierre) et Geiger (Monique), Musée des Beaux-Arts de Dijon. Catalogue des peintures françaises, Dijon, 1968 (n°4, pl.I)
Starcky (Emmanuel), Gras (Catherine) et Meyer (Hélène), Le Musée des Beaux-Arts de Dijon, Paris, 1992 (Musées et Monuments de France, Fondation Paribas) (p. 28 et p.29 reprod.)
Gras (Catherine), Jugie (Sophie) et Meyer (Hélène), Le musée des beaux-arts de Dijon : guide des collections permanentes, Ville de Dijon, 2000 (p.12 reprod.)
Jugie (Sophie), La Chartreuse de Champmol, fiche de salle, musée des beaux-arts de Dijon, 2001 (français / anglais) (fig. 11)
Starcky (Emmanuel), Barthélémy (Sophie), Cariel (Rémi) et al., Le musée des Beaux-Arts de Dijon, RMN, musée des beaux-arts de Dijon, Paris, 2002 (p. 36, reprod.)
Jugie (Sophie), Le Retable de saint Georges, fiche de salle, musée des beaux-arts de Dijon, 2002 (français / anglais) (reprod.)
Elsig (Frédéric), La Peinture en France au XVe siècle, Milan, 5 Continents Editions, 2004 (p. 29)
Bottineau-Fuchs (Yves), Peindre en France au XVème siècle, Actes Sud, 2006 (p.230-231)
Lindquist (Sherry), Agency, Visuality and Society at the Chartreuse de Champmol, MPG Books LTD, 2008 (pp. 29, 33, fig. 2.3)

Rédacteur

Creuzet Laurent ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© François Jay - musée des beaux-arts de Dijon

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site complémentaire

Musées en Bourgogne

 

01370005093

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Chartreuse de Champmol) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0