Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 2
Domaine

sculpture ; médiéval ; croyances - coutumes

Dénomination

retable

Titre

Retable des Saints et Martyrs

Auteur/exécutant

BAERZE Jacques de (sculpteur) ; BROEDERLAM Melchior (peintre)

Précision auteur/exécutant

BAERZE : Termonde, ? ; ?, ? ; nationalité : Anciens Pays-Bas
BROEDERLAM : Ypres, 1355 ; Ypres, 1411 ; nationalité : Anciens Pays-Bas

Ecole

Flandre

Lieu création / utilisation

Belgique, Ypres (lieu de création) ; France, Côte-d'Or, Dijon (lieu d'utilisation)

Période création/exécution

4e quart 14e siècle

Millésime création/exécution

1390 ; 1399 ; 1392

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Les deux histoires du "Retable des saints et martyrs" et du "Retable de la Crucifixion" sont inséparables, nous les exposerons donc ici de façon conjointe. Leur commande à Jacques de Baerze, sculpteur installé à Termonde, date de 1390. Celui-ci paraît avoir commencé le travail à Termonde, puis, en août 1391, avoir transféré son atelier à Dijon. Assez curieusement, les retables sont renvoyés à la fin de 1392 aux Pays-Bas, où ils sont peints et dorés à Ypres par Melchior Broederlam. C'est lui qui se charge de les rapporter à Dijon. Les deux retables sont installés en 1399, le "Retable des saints et martyrs" sur l'autel de la salle du chapitre, le "Retable de la Crucifixion" sur l'autel de la chapelle Saint-Jean, fondée par le duc de Berry derrière le maître autel. Les comptes nous révèlent également que Jacques de Baerze reçut aussi commande, en 1394, pour un troisième retable de bois sculpté, destiné au maître autel de la chartreuse. Mais nous possédons peu de précisions sur ce retable, qui pourrait bien avoir été remplacé lors des modernisations de l'église : il est probable que l'autel de bois doré surmonté de deux anges que décrit l'érudit dijonnais Baudot en 1792 était plus tardif, car il n'est pas qualifié de "gothique". Le "Retable des saints et martyrs" porte la marque de son illustre commanditaire. Sur le bandeau inférieur, alternent les initiales et les armoiries de Philippe le Hardi (écartelé de France et de Bourgogne ancien) et de Marguerite de Flandre (parti de Bourgogne et de Flandre). Les vies des martyrs de saint Jean et de sainte Catherine, de la Tentation de saint Antoine, visibles sur la caisse centrale sous des arcatures - celles du milieu sont surélevées pour créer un effet de hiérarchie et de symétrie -, ne sont pas choisies au hasard. Saint Jean et sainte Catherine, qui apparaissent comme les protecteurs du duc et de la duchesse au portail, sont au centre des dévotions du duc et en général de la famille de Valois. Sainte Catherine est aussi associée à la famille des comtes de Flandre. Saint Antoine est le saint du jour de la naissance du duc. En revanche, le détail de la signification iconographique d'ensemble des figures de saints et de saintes qui alterne sur les volets latéraux nous échappe. Pour ceux que leurs attributs rendent reconnaissables, il s'agit de saints et de saintes vénérés à la fin du Moyen Age pour leur pouvoir d'intercession. Ces deux retables, où l'on trouve déjà la formule de scènes composées de plusieurs personnages sous des arcatures - ici plus que spectaculaires par leur finesse -, sont les plus anciens exemples conservés de ces retables flamands dont les villes de Bruxelles, d'Anvers et de Malines se sont fait une spécialité tout au long du XVe siècle et au début du suivant. Mais il semble que de tels retables existaient déjà en Flandre, puisque le premier paiement reçu par Jacques de Baerze pour la réalisation des retables, en 1390, précise que l'un devait reproduire le retable de l'église de Termonde et l'autre celui de l'abbaye de la Biloque à Gand. Etaient-ils des oeuvres de Jacques de Baerze lui-même ? Incontestablement, Philippe le Hardi est allé chercher en Flandre un savoir-faire inconnu des artistes bourguignons et même parisiens. Les volets ouverts sur les sculptures de Jacques de Baerze, presque entièrement dorées, offrent une vision de splendeur, qui emprunte explicitement à l'orfèvrerie la dentelle des architectures, la moulure ornée de fleurettes ou les plis comme métalliques des drapés. Les rehauts de polychromie sont très soignés. Mersmann, Didier (et dans le catalogue de l'exposition de Cologne en 1978) et Bilcher se sont particulièrement attachés à définir le style de Jacques de Baerze et à le replacer dans son contexte flamand : en effet, bien que l'artiste soit installé à Dijon de 1391 à 1392, il est évident qu'il n'est guère sensible aux réalisations de Sluter. Les deux retables sont d'une remarquable unité, et il demeure difficile de définir une "pro gression " d'un premier au second. Les types des personnages trouvent des correspondances dans les peintures des Pays-Bas contemporaines, comme celles que l'on voit sur les petits retables de dévotion de Champmol, plus peut-être qu'avec l'art de Broederlam. Les comparaisons proposées, dans le domaine de la sculpture (Bichler, pp. 29-30), avec celles de l'hôtel de ville de Bruges sont très convaincantes. (Notice de Sophie Jugie extraite du catalogue de l'exposition " L'Art à la cour de Bourgogne : Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419) ", Dijon : musée des beaux-arts, 28 mai - 15 septembre 2004, Cleveland : The Cleveland Museum of Art, 24 octobre 2004 - 9 janvier 2005) ; Le "Retable des saints et martyrs", comme son pendant le "Retable de la Crucifixion", provient de la chartreuse de Champmol. Il porte la marque de son illustre commanditaire. Sur le bandeau inférieur, alternent les initiales et les armoiries de Philippe le Hardi (écartelé de France et de Bourgogne ancien) et de Marguerite de Bourgogne (parti de Bourgogne et de Flandre). A la partie centrale, les scènes de la vie de saint Jean-Baptiste, de sainte Catherine et de saint Antoine font écho aux dévotions personnelles de Philippe le Hardi : au portail de Champmol, le duc est présenté à la Vierge par saint Jean-Baptiste, et la duchesse par sainte Catherine. Saint Antoine est le saint du jour de naissance du duc. Sul les volets latéraux des deux retables, alternent des figures de saints et de saintes. Pour ceux que leurs attributs rendent reconnaissables, il s'agit de saints et de saintes vénérés à la fin du Moyen Age pour leur pouvoir d'intercession. (extrait de Jugie (Sophie), "Jacques de Baerze et Melchior Broederlam : Le Retable des saints et martyrs et le retable de la crucifixion", Dijon, 2001 [fiche pédagogique]) ; voir aussi : Retable de la Crucifixion (CA 1420 A)

Matériaux/techniques

bois, peint, doré

Description

Bois doré et polychromé

Dimensions

Dimensions Hauteur du retable : 159 cm ; Largeur de la partie centrale : 252 cm ; Largeur de chaque volet : 125 cm

Inscriptions

armes, initiales

Précision inscriptions

armes, initiales, sur le bandeau inférieur : de Philippe le Hardi et de Marguerite de Flandre

Sujet représenté

scène biblique (décollation, saint Jean-Baptiste, Hérode, Hérodiade, Salomé, bourreau, martyre, sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe, tentation, saint Antoine ermite)
scène (abbé, sainte, saint Michel, agression animale, sainte Apolline, saint Denis de Paris) ;
scène (saint Augustin d'Hippone, sainte Marthe, saint Vincent Ferrier, martyre)

Lieu de conservation

Dijon ; musée des beaux-arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier

Statut juridique

propriété de la commune ; attribution ; Dijon ; musée des beaux-arts ; classé MH

Date acquisition

1827

Anciennes appartenances

Propriété ecclésiastique, Chartreuse de Champmol, Dijon ; Dijon, Conseil Général de la Côte-d'Or

Numéro d'inventaire

CA 1420 B ; 1420 (Cat. 1883)

Exposition

Le Grand siècle des Ducs de Bourgogne, Dijon : musée des beaux-arts,1951 (n°117)
La Chartreuse de Champmol, foyer d'art au temps des ducs Valois, Dijon : musée des beaux-arts, 1960 (n° 20)
L'art européen vers 1400. Vienne, Kunsthistorisches Museum, 1962 (n° 375)
Johannes Ockeghem en zijn tijd, Termonde : Musée Communal, novembre - décembre 1970 (n°42)
Mille ans d'art et de culture, Gand : Museum voor Schone Kunsten, avril - juin 1975 (n°536)
Die Parler und der schöne stil 1350-1400, Cologne : Kunsthalle, 1978 (p.56-58)
L'Art à la cour de Bourgogne : Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), Dijon : musée des beaux-arts, (28 mai - 15 septembre 2004), Cleveland : The Cleveland Museum of Art, (24 octobre 2004 - 9 janvier 2005) (n°67, reprod)

Bibliographie

Courtépée et Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 1775-1785 (II, pp. 246, 248)
Notice des objets d'arts exposés au Musée de Dijon, Dijon, Victor Lagier libraire, 1834 (pp. 136-140, note 1)
Notice des objets d'arts exposés au Musée de Dijon et catalogue général de tous ceux qui dépendent de cet établissement, Dijon, Victor Lagier, 1842 (pp. 136, 138, note 1)
Fevret de Saint-Mémin (Charles-Balthazar), "Deux tables (tableaux) ou retables d'autel de genre gothique", Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, tome II, 1847 (pp. 36-40, 58, note 3)
Courtépée et Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, 2ème éd., Dijon, 1847-1848 (II, p. 127)
Notice des objets d'art exposés au Musée de Dijon, Dijon, Lamarche, 1860 (pp. 191-193, n° 807)
Clément de Ris (L.), Les Musées de province, Paris, 1859 (tome I) - 1861 (tome II) (II, p. 6)
Catalogue historique et descriptif du Musée de Dijon. Peintures, sculptures, dessins, antiquités, Dijon, Rabutôt imp., 1869 (pp. 204-206, n° 854)
Catalogue historique et descriptif du Musée de Dijon. Peintures - Sculptures - Dessins - Antiquités - Collection Trimolet, Dijon, 1883 (pp. 388-391, n° 1420)
Monget (Cyprien), La Chartreuse de Dijon, d'après les documents des archives de Bourgogne, 3 vol., Montreuil-sur-Mer, 1898-1905 (I, pp. 126, 173, 185-186, 201-211, 289-290, 302, 347 ; III, pp. 185-186)
Chomton (L.), Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, 1900 (pp. 325, 332)
Joliet (Albert), "Les Retables de Jacques de Baerze, identification des personnages", dans Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon (Dijon), Année 1922, Bulletin (1922) (pp.142-144)
Joliet (Albert) et Mercier (Fernand), Le Musée de Dijon, Paris, 1929 (pp. 13, reprod. 28-29, 35-36)
Roggen (D.), "De twee retabels van de Baerze te Dijon", dans Gentsche Bijdragen tot de Kunstgeschiedenis (Anvers), I, 1934 (p.91-107)
Gasq (P.) et Marion (F.), Le Musée de Dijon (Collections publiques de France. Memoranda), Paris, 1934 (p. 9)
Marion (François), "Musée de Dijon, un des plus beaux de France. Ses souvenirs des ducs de Bourgogne", Les stations françaises, VIIIe année, 1935, Musées premier fascicule (reprod. p. 38)
Quarré (Pierre), Musée de Dijon. Salle des Gardes et salles de chefs-d'oeuvre. Catalogue sommaire à l'usage du visiteur, Dijon, 1945 (p. 21, n° 65)
Quarré (Pierre), Le Musée de Dijon. Peintures - Sculptures, Paris, (1949) (n.p.)
Quarré (Pierre), Musée des Beaux-Arts de Dijon. Catalogue des sculptures. Palais des Etats de Bourgogne, Dijon, 1960 (n°5, pl. III, IV, V)
Folie (Jacqueline), "Les Oeuvres authentifiées des primitifs flamands", dans Bulletin [de l']Institut royal du Patrimoine artistique (Bruxelles), VI, 1963, pp. 183-256 (pp. 189-191)
Quarré (Pierre), Un descendant d'une grande famille de parlementaires bourguignons, Charles-Balthazar-Julien Févret de Saint-Mémin, artiste, archéologue, conservateur du Musée de Dijon [catalogue d'exposition], Dijon : Musée, Palais des Etats de Bourgogne, 1965 (pp. 15-16)
Troescher (Georg), Burgundische Malerei. Maler und Malwerke um 1400 in Burgund, dem Berry mit der Auvergne und in Savoyen mit ihren Quellen und Ausstrahlungen, 2 vol., Berlin, (1966) (p.99)
Mersmann (Wiltrud), "Jacques de Baërze und Claus Sluter", Aachener Kunstblätter, XXXIX, 1969, pp. 149-159 (p. 149)
Bletrix(M.-Fr.), "Les deux magnifiques retables flamands du musée de Dijon sont actuellement rénovés par un talentueux compagnon, doreur sur bois", Les Dépêches, 8 juin 1971
Didier (Robert), "Gentse Beeldhouwkunst van de Middeleeuven", Gent, Duizend jaar kunst en kultuur, T. I, Gand, 1975, pp. 457-458
De Winter (Patrick Marc), The Patronage of Philippe le Hardi, Duke of Burgundy (1364 - 1404), New York University, Ph. D., 1976, 2 vol. (vol. 1 pp. 246-254, vol. 2 fig. 134, 136, 139)
Hinkey (D.M.), The Dijon Altarpiece by Melchior Broederlam and Jacques de Baerze : A Study of Its Iconographic Integrity, Universit y of California, Los Angeles, Ph. Dissert., 1976
Faton (L.), "Le grand art du bois doré", dans L'Estampille, n° 91, novembre 1977, p. 34
Didier (Robert) et Steyaert (John), "Passionsaltar. Gent, Jacques de Baërze", dans Die Parler und der schöne Stil 1350-1400. Europäische Kunst unter den Luxemburgern, I, Cologne, 1978, pp. 56-58 (p. 57)
Gras (Catherine), "Quelques aspects du musée de Dijon au XIXe siècle", Mémoires de l'Académie de Dijon, Tome CXXV, 1981-1982, pp. 157-172 (p. 169-170)
Comblen-Sonkes (Micheline), Les Primitifs flamands, I. Corpus de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux au XVe siècle : Le Musée des Beaux-Arts de Dijon, 2 vol., Bruxelles, 1986 (I, pp. 104-157, II, pl. CXX-CXXVII)
Bussmann (Klaus), Burgund : Kunst, Geschichte, Landschaft ; Burgen, Klöster und Kathedralen im Herzen Frankreichs : Das Land um Dijon, Auxerre, Nevers, Autun und Tournus, Köln, 1988 (p. 254, reprod. fig. 160)
Starcky (Emmanuel), Gras (Catherine) et Meyer (Hélène), Le Musée des Beaux-Arts de Dijon, Paris, 1992 (Musées et Monuments de France, Fondation Paribas) (p.30 reprod)
Bichler (Susanne), "Les retables de Jacques de Baerze", Actes des Journées internationales Claus Sluter (septembre 1990), Dijon, 1992, pp. 23-36 (pp. 23-35)
Lindquist (Sherry Christine Maday), Patronage, Piety and Politics in the Art and Architectural Programms at the Chartreuse de Champmol in Dijon, Ph. Dissert. University of Evanston, Illinois, 1995 (pp. 81-82, 96, 173-177, 261-272, fig. 56-59 pp. 423-426)
Franke (Brigit) et Welzel (Barbara), Die Kunst der burgundischen Niederlande, Berlin, 1997 (Abb.84)
Jacobs (Lynn F.), Early Netherlandish Carved Altarpieces 1380-1550, Cambridge : University Press, 1998 (p.11, fig. 8 et 9)
Prigent (Christiane) sous la dir. de, Art et société en France au XVe siècle, Paris, 1999 (pp. 562-564, 566-567, 569, fig. 6)
Antonius-abt in Kunst en Devotie, Brasschaat : Cultureel Centrum, 1999 (n° 92, reprod. p. 116, afb. 48a et 48b)
Jugie (Sophie), Jacques de Baerze et Melchior Broederlam : "Le Retable des saints et martyrs et le Retable de la Crucifixion", fiche n°7 (fiche traduite en anglais) (reprod.)
Stroo (Cyriel), Syfer-d'Olne (Pascale), Dubois (Anne) et al., The Flemish Primitives. III. The Hieronymus Bosch, Albrecht Bouts, Gérard David, Colijn de Coter et Goossen van der Weyden groups. Catalogue of early netherlandish painting in the Royal Museums of fine arts of Belgium, Bruxelles, 2001 (pp. 109-110, détail fig. 40 p. 110)
Prochno (Renate), Die Kartause von Champmol, Grablege der burgundischen Herzöge 1364 - 1477, Berlin, 2002 (pp.60, 128-136, 188-190)
La Tour (Dominique de), Castandet (Christophe), Cassagnes-Brouquet (Sophie), Les arts sous Charles VI, dans Connaissance des arts, Hors-série n° 217 (p. 15 (reprod.) et 39)
Villela-Petit (Inès), Le Gothique international : L'art en France au temps de Charles VI, Paris : Ed. Hazan, 2004 (p. 50, 51)
Elsig (Frédéric), La Peinture en France au XVe siècle, Milan, 5 Continents Editions, 2004 (pp. 19-20)
Hainaut-Zveny ( Brigitte d') sous la dir. de, Miroirs du sacré : Les Retables sculptés à Bruxelles : XVe-XVIe siècles : Production, Formes et Usages, Bruxelles, 2005 (p.25, reprod.)
La Tour (Dominique de), " Les arts sous Charles VI", dans Connaissance des Arts, Hors Série n°217, 2004 (détail reprod. p.15)
Jugie (Sophie), "Les cimetières des princes des fleurs de lys (XIVe - XVe siècles), Les Dossiers d'Archéologie, n° 311, mars 2006 (reprod. coull. pp. 74-75)
Lindquist (Sherry), Agency, Visuality and Society at the Chartreuse de Champmol, MPG Books LTD, 2008 (pp. 50, 106-108, 148, Pl. VIII)
Les premiers retables (XIIe - début du XVe siècle), Une mise en scène du sacré, Paris : Musée du Louvre, 2009 (pp. 168-170, fig. coul. 58 p. 168)
Williamson (Paul), "Thoughts on two small-scale medieval sculptures", in Hülsen-Esch (Andrea von) et Täube (Dagmar), "Luft unter die Flügel...". Beiträge zur mittelalterlichen Kunst. Festschrift für Hiltrud Westermann-Angerhausen, Georg Olms Verlag, 2 010 (pp. 169-172, détails fig. 4 p. 170, fig. 6 p. 71)
Cosma (Alessandro), Da Gai (Valerio) et Pittiglio (Gianni), Iconografia Agostiniana. Dalle origini al XIV secolo, Vol. 1, Nuova Biblioteca Agostiniana, Citta Nuova Editrice, 2011 (pp. 257-258, reprod., n° 306 p. 417)
Tomasi (Michele), "Matériaux, techniques, commanditaires et espaces. Le système des retables à la chartreuse de Champmol", Netherlandish Yearbook for History of Art, 62, 2012 [2013], p. 28-55
Jugie (Sophie), "Dijon. musée des beaux-arts. Ouverture du parcours Moyen Age et Renaissance", La Revue des musées de France. Revue du Louvre, n° 4, octobre 2013, pp. 6-10 (reprod. p. 7)
Tran (Catherine), L'Oeuvre du Mois : La Restauration des retables de la Chartreuse de Champmol, Dijon, Musée des beaux-Arts, janvier 2015 (repr.)

Rédacteur

Carneiro Laetitia ; Bardin Dominique

Copyright notice

© Dijon, musée des beaux-arts, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© François Jay, © Dijon, musée des beaux-arts

 

Renseignements sur le musée

 

01370017967

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125  

Lots de réponses :  


Requête :   ((Chartreuse de Champmol) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0