Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 11
Domaine

métrologie - instruments de mesure ; ethnologie ; horlogerie

Dénomination

horloge

Appellation

tête d'horloge saint-nicolas ; horloge de parquet

Auteur/exécutant

PARQUET (horloger)

Précision auteur/exécutant

PARQUET : Horloger à Dieppe probablement deuxième moitié du 18ème siècle

Lieu création / utilisation

France, Haute-Normandie, Seine-Maritime, Dieppe (lieu d'exécution)

Période création/exécution

18e siècle

Millésime création/exécution

1750 vers

Matériaux/techniques

laiton ; chêne ; cuivre, émaillé

Description

Mécanisme ; Coffre ; Cadran ; Tête d'horloge Saint-Nicolas équipée d'un mouvement logé entre 2 platines de laiton rectangulaire fixé sur un panneau en tôle acier. Le balancier, court, passe derrière les cordes et possède une petite lentille (4cm de diamètre). Ces caractéristiques techniques sont typiques des mécanismes de Saint-Nicolas de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Le cadran est composé de 13 pièces : 12 secteurs en cuivre émaillé orné de chiffres romain des heures et des chiffres arabes de 5 en 5 pour les minutes. Au centre, un cadran émaillé comprend deux aiguilles en laiton, celle des heures en forme de fleur de lys, celle des minutes de forme droite. Au centre du cadran on peut lire "Parquet à Dieppe". L'ensemble est logé derrière un verre en forme "entrée de serrure" lui même logé dans une tête en bois teinté noir sculpté d'éléments végétaux sur les côtés et en haut d'un fronton plein amovible sculpté de fleurs et d'éléments végétaux. Le décor est caractéristique de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le fond, le haut de la tête, le côté gauche de la boîte ainsi que le chiffre X du cadran ont été restaurés par le donateur. La tête devait reposer sur un coprs en chêne qui a disparu.

Dimensions

Largeur en cm 43 ; Hauteur en cm 68

Inscriptions

inscription

Précision inscriptions

inscription, Sur le cadran : en noir sur l'émail blanc : Parquet à Dieppe

Utilisation/destination

mesure du temps (utilisation primaire)

Précision utilisation/destination

L'horloge Saint-Nicolas se compose d'un mécanisme plat, à balancier court, d'un corps étroit surmonté d'une tête sculptée et d'un cadran muni de belles aiguilles. Les horlogers ont bénéficié des nouveautés techniques, en particulier du pendule élaboré par Christian HUYGENS en 1657. Le mouvement Saint-Nicolas, entièrement en laiton, a une facture typiquement horlogère tandis que le mouvement comtois, à cage en fer, est d'une conception issue plutôt de la serrurerie. Aux horlogers, se joignent bientôt, des ébénistes, pour donner naissance à la Saint-Nicolas. L'horloge connaît un grand succès dans la région, du XVIIIe au XIXe siècle. ; Un mouvement à balancier court pour horloge est créé à Saint-Nicolas d'Aliermont au début du XVIIIe siècle. Il est sans doute dérivé du mouvement de cartel qui fait son apparition peu après 1657, date de l'invention du pendule. Son mécanisme, plus petit que celui d'une Comtoise, est constitué de deux platines de laiton, structures de base sur lesquelles sont disposées les différents éléments mobiles du mouvement, et d'un système de sonnerie simple et robuste. La hauteur du coffre de l'horloge permet d'avoir une descente de poids comme force motrice. Cela présente plusieurs avantages : le prix de revient est moindre par rapport au ressort et le réglage est amélioré car la force motrice est constante. Le balancier court demande également moins d'énergie pour être entretenu, les poids de la Saint-Nicolas ne pèsent que 2,5 kg contre 4 kg pour la Comtoise. Le mécanisme comporte deux trains de rouage, le premier transmet la force motrice du poids à la roue d'échappement et le deuxième actionne la sonnerie. Le mécanisme petit et plat laisse la possibilité de fabriquer des coffres extrêmement élégants. Les horloges Saint-Nicolas sont ainsi uniques dans le monde.

Sujet représenté

représentation végétale (fleur, fleur de lys, feuillage orn)

Lieu de conservation

Saint-Nicolas-d'Aliermont ; musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Saint-Nicolas-d'Aliermont ; musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Date acquisition

2010

Anciennes appartenances

Collection privée, Association de l'horlogerie aliermontaise, Novembre 2010, 24 novembre 2010, Saint-Nicolas-d'Aliermont ; Collection privée, Got Clément, Novembre 2010, Bouttencourt ; Association de l'horlogerie aliermontaise

Numéro d'inventaire

2010.18.1

Copyright notice

© Saint-Nicolas-d'Aliermont, musée de l'Horlogerie Aliermontaise, © Service des musées de France, 2014

Crédits photographiques

© Marianne Lombardi

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

07350001321

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157  

Lots de réponses :  


Requête :   ((horlogerie aliermontaise) :APTN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0