Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 64
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le savoyard et sa marmotte

Auteur/exécutant

WATTEAU Louis Joseph, WATTEAU de LILLE (dit)

Précision auteur/exécutant

né à Valenciennes le 10 avril 1731, baptisé le même jour à Notre-Dame-la-Grande, fils de Noël et de Marie Charles Denoyelles. Apprenti sous Jean-Baptiste Bondu en 1738-1739, il se rend ensuite à Paris où il devient l'élève de Jacques Dumont le romain, puis de l'Académie royale. En 1755 il est nommé professeur à l'Ecole de dessin de Lille nouvellement créée ; mais la pratique du modèle nu provoque un scandale. Il quitte alors Lille pour regagner Valenciennes où il achète le 24 décembre 1756 une charge de peintre pour le prix de 200 livres. Il participe alors activement à la vie de la confrérie de Saint-Luc comme compteur-juré de 1758 à 1761 puis comme connétable de 1761 à 1764. Pendant cette période il a trois apprentis peintres : Ph. Lecocq, A. Dumoulin, Ch. Moreau, deux apprentis par plaisir: Dolmery, J.B. Manouvrier et un ouvrier : Bassé fils. En 1770 on le retrouve à Lille comme professeur adjoint au peintre Guéret auquel il succède en 1778 à la tête de l'Ecole de dessin. Il expose régulièrement aux Salons de Lille et fait partie de l'Académie de cette ville dès 1775. Louis Watteau n'a cependant pas oublié sa ville natale et il est un des principaux artisans de la fondation de l'Académie de Valenciennes en 1783;il en est d'ailleurs le premier membre agréé;il est reçu le 5 décembre 1785. Fixé définitivement, il revend sa charge de peintre valenciennois en 1788;son souci de sauvegarder les tableaux confisqués au début de la Révolution l'amène à être en fait le créateur du musée de la ville en 1795. C'est à Lille qu'il meurt le 10 fructidor an 6 (27 août 1798). Il a épousé, le 23 novembre 1757 à Maubeuge, Marie Agnès Dandois qui lui donne douze enfants parmi lesquels il faut noter : François, peintre, qui est son collaborateur et son successeur à Lille. Martin Raphaël, né à Valenciennes le 19 octobre 1764, qui se rend à Paris pour faire des études artistiques mais meurt prématurément en 1782. Béatrice qui épouse François Dupont, dit Dupont-Watteau, mécanicien, peintre et musicien. Une grande partie de sonné à Valenciennes le 10 avril 1731, baptisé le même jour à Notre-Dame-la-Grande, fils de Noël et de Marie Charles Denoyelles. Apprenti sous Jean-Baptiste Bondu en 1738-1739, il se rend ensuite à Paris où il devient l'élève de Jacques Dumont le romain, puis de l'Académie royale. En 1755 il est nommé professeur à l'Ecole de dessin de Lille nouvellement créée ; mais la pratique du modèle nu provoque un scandale. Il quitte alors Lille pour regagner Valenciennes où il achète le 24 décembre 1756 une charge de peintre pour le prix de 200 livres. Il participe alors activement à la vie de la confrérie de Saint-Luc comme compteur-juré de 1758 à 1761 puis comme connétable de 1761 à 1764. Pendant cette période il a trois apprentis peintres : Ph. Lecocq, A. Dumoulin, Ch. Moreau, deux apprentis par plaisir: Dolmery, J.B. Manouvrier et un ouvrier : Bassé fils. En 1770 on le retrouve à Lille comme professeur adjoint au peintre Guéret auquel il succède en 1778 à la tête de l'Ecole de dessin. Il expose régulièrement aux Salons de Lille et fait partie de l'Académie de cette ville dès 1775. Louis Watteau n'a cependant pas oublié sa ville natale et il est un des principaux artisans de la fondation de l'Académie de Valenciennes en 1783;il en est d'ailleurs le premier membre agréé;il est reçu le 5 décembre 1785. Fixé définitivement, il revend sa charge de peintre valenciennois en 1788;son souci de sauvegarder les tableaux confisqués au début de la Révolution l'amène à être en fait le créateur du musée de la ville en 1795. C'est à Lille qu'il meurt le 10 fructidor an 6 (27 août 1798). Il a épousé, le 23 novembre 1757 à Maubeuge, Marie Agnès Dandois qui lui donne douze enfants parmi lesquels il faut noter : François, peintre, qui est son collaborateur et son successeur à Lille. Martin Raphaël, né à Valenciennes le 19 octobre 1764, qui se rend à Paris pour faire des études artistiques mais meurt prématurément en 1782. Béatrice qui épouse François Dupont, dit Dupont-Watteau, mécanicien, peintre et musicien. Une grande partie de sonné à Valenciennes le 10 avril 1731, baptisé le même jour à Notre-Dame-la-Grande, fils de Noël et de Marie Charles Denoyelles. Apprenti sous Jean-Baptiste Bondu en 1738-1739, il se rend ensuite à Paris où il devient l'élève de Jacques Dumont le romain, puis de l'Académie royale. En 1755 il est nommé professeur à l'Ecole de dessin de Lille nouvellement créée ; mais la pratique du modèle nu provoque un scandale. Il quitte alors Lille pour regagner Valenciennes où il achète le 24 décembre 1756 une charge de peintre pour le prix de 200 livres. Il participe alors activement à la vie de la confrérie de Saint-Luc comme compteur-juré de 1758 à 1761 puis comme connétable de 1761 à 1764. Pendant cette période il a trois apprentis peintres : Ph. Lecocq, A. Dumoulin, Ch. Moreau, deux apprentis par plaisir: Dolmery, J.B. Manouvrier et un ouvrier : Bassé fils. En 1770 on le retrouve à Lille comme professeur adjoint au peintre Guéret auquel il succède en 1778 à la tête de l'Ecole de dessin. Il expose régulièrement aux Salons de Lille et fait partie de l'Académie de cette ville dès 1775. Louis Watteau n'a cependant pas oublié sa ville natale et il est un des principaux artisans de la fondation de l'Académie de Valenciennes en 1783;il en est d'ailleurs le premier membre agréé;il est reçu le 5 décembre 1785. Fixé définitivement, il revend sa charge de peintre valenciennois en 1788;son souci de sauvegarder les tableaux confisqués au début de la Révolution l'amène à être en fait le créateur du musée de la ville en 1795. C'est à Lille qu'il meurt le 10 fructidor an 6 (27 août 1798). Il a épousé, le 23 novembre 1757 à Maubeuge, Marie Agnès Dandois qui lui donne douze enfants parmi lesquels il faut noter : François, peintre, qui est son collaborateur et son successeur à Lille. Martin Raphaël, né à Valenciennes le 19 octobre 1764, qui se rend à Paris pour faire des études artistiques mais meurt prématurément en 1782. Béatrice qui épouse François Dupont, dit Dupont-Watteau, mécanicien, peintre et musicien. Une grande partie de sonné à Valenciennes le 10 avril 1731, baptisé le même jour à Notre-Dame-la-Grande, fils de Noël et de Marie Charles Denoyelles. Apprenti sous Jean-Baptiste Bondu en 1738-1739, il se rend ensuite à Paris où il devient l'élève de Jacques Dumont le romain, puis de l'Académie royale. En 1755 il est nommé professeur à l'Ecole de dessin de Lille nouvellement créée ; mais la pratique du modèle nu provoque un scandale. Il quitte alors Lille pour regagner Valenciennes où il achète le 24 décembre 1756 une charge de peintre pour le prix de 200 livres. Il participe alors activement à la vie de la confrérie de Saint-Luc comme compteur-juré de 1758 à 1761 puis comme connétable de 1761 à 1764. Pendant cette période il a trois apprentis peintres : Ph. Lecocq, A. Dumoulin, Ch. Moreau, deux apprentis par plaisir: Dolmery, J.B. Manouvrier et un ouvrier : Bassé fils. En 1770 on le retrouve à Lille comme professeur adjoint au peintre Guéret auquel il succède en 1778 à la tête de l'Ecole de dessin. Il expose régulièrement aux Salons de Lille et fait partie de l'Académie de cette ville dès 1775. Louis Watteau n'a cependant pas oublié sa ville natale et il est un des principaux artisans de la fondation de l'Académie de Valenciennes en 1783;il en est d'ailleurs le premier membre agréé;il est reçu le 5 décembre 1785. Fixé définitivement, il revend sa charge de peintre valenciennois en 1788;son souci de sauvegarder les tableaux confisqués au début de la Révolution l'amène à être en fait le créateur du musée de la ville en 1795. C'est à Lille qu'il meurt le 10 fructidor an 6 (27 août 1798). Il a épousé, le 23 novembre 1757 à Maubeuge, Marie Agnès Dandois qui lui donne douze enfants parmi lesquels il faut noter : François, peintre, qui est son collaborateur et son successeur à Lille. Martin Raphaël, né à Valenciennes le 19 octobre 1764, qui se rend à Paris pour faire des études artistiques mais meurt prématurément en 1782. Béatrice qui épouse François Dupont, dit Dupont-Watteau, mécanicien, peintre et musicien. Une grande partie de son oeuvre, constitué par des scènes de genre, des sujets galants, militaires ou historiques, est conservé aux Musée de Lille et de Valenciennes. Félicien Machelart

Ecole

France

Période création/exécution

4e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1783

Genèse

pendant ; oeuvre en rapport

Historique

pendant, La joueuse de vielle, également conservé au musée de Valenciennes (P.46.1.263) ; ce charmant tableautin, exécuté d'une touche légère dans une gamme lumineuse a pour pendant une Joueuse de vielle, du Musée de Valenciennes également. La composition groupant des personnages devant une maison rejetée vers un bord pour laisser place, de l'autre côté, à un délicat paysage est fréquente chez Louis Watteau, selon un poncif de construction utilisé par bien d'autres artistes de son temps. On le retrouve identique, par exemple, dans le Marchand d'oublies du Musée des Beaux-Arts de Lille, daté de 1785, et dans son pendant Le Violonneux, qui présentent la même facture lâche et primesautière C'est le même esprit aussi d'observation familière des expressions et d'évocation de ces scènes attendrissantes de la campagne où enfants et adultes se divertissent en regardant les animaux savants ou les objets présentés, le plus souvent, par de jeunes ambulants. Le succès de tels sujets était assuré et l'on constate que Louis Watteau avait déjà illustré ce thème du savoyard montrant sa marmotte dans un tableau de 2 pieds 2 pouces de haut sur 1 pied 10 pouces de large présenté au Salon des Arts de Lille en 1777 sous le no 12, avec en pendant, La curisosité. Hervé Oursel

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, bois

Dimensions

H. 27.7, l. 22

Inscriptions

signé ; daté

Précision inscriptions

L. Watteau/1783 (S.D.b.d.)

Sujet représenté

scène (femme, enfant, métier ambulant, montre d'animaux, marmotte, maison, arbre, chien, famille, paysan)

Lieu de conservation

Valenciennes ; musée des Beaux-Arts

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; Valenciennes ; musée des Beaux-Arts ; legs

Date acquisition

1888 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Dubois-Hollaind

Numéro d'inventaire

P.46.1.262

Exposition

1918, Valenciennes, Musée des Beaux-Arts Geborgene Kunstwerke aus dem Besetzten Nordfrankreich. (no 397) ; 1964, Villeneuve sur Lot, Dieppe, Le Havre, Caen, Lille, Marseille, Les peintres de la société française aux XVIIe et XVIIIe siècles. (no 40) ; Calais, Arras, Douai, Lille. Trésors des Musées du Nord de la France. II. peinture française 1770-1830. (no 71, repr.)

Bibliographie

Catalogue des peintures, sculptures, dessins et estampes exposés dans les salles de l'Hôtel-de-Ville de Valenciennes. Valenciennes, 1888. (no 549) ; MARMOTTAN, P.. Notice historique et critique sur les peintres Louis et François Watteau dits de Lille. Paris : 1889. (p. 56) ; 1898, Valenciennes, Catalogue du Musée. (no 387) ; PILLION, Jules : Catalogue des peintures, sculptures, pastels et dessins exposés dans le Palais des Beaux-Arts (Place Verte). Valenciennes, 1909. (no 162) ; PONCHEVILLE, M. de. Louis et François Watteau dits Watteau de Lille. 1928. (no 11 (le montreur de singes)) ; Catalogue provisoire des tableaux et des sculptures. Valenciennes, 1923. (no 162) ; peintures, sculptures, dessins, tapisserie exposés dans les salles du Palais des Beaux-Arts de la Ville de Valenciennes. Valenciennes, 1931. (no 380) ; MARCUS, C.G.. Les Watteau de Lille, Louis et François Watteau dits Watteau de Lille. janvier-février 1976. (cat. n° 74, repr. fig. XXVII.)

Copyright notice

© Direction des musées de France

Crédits photographiques

© Claude Thériez

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site complémentaire

MUSENOR

 

06380000215

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75  

Lots de réponses :  


Requête :   ((WATTEAU DE LILLE) :AUTR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0