Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 117
Domaine

céramique ; vie domestique

Dénomination

couvercle

Auteur/exécutant

NANS-SOUS-SAINTE-ANNE (faïencerie) ; TOURET Eugène (?, décorateur)

Précision auteur/exécutant

NANS-SOUS-SAINTE-ANNE (faïencerie) : Touret : actif dès 1876 ; Faïencerie de Nans-sous-Sainte-Anne (vers 1830 ; 1929) : Cet ensemble a été commandé à la faïencerie régionale de Nans-sous-Sainte-Anne. Cette manufacture, installée à 40 km de Pontarlier environ, est l'héritière de la faïencerie de Migette où la production de faïence fine avait été introduite par Jacques Fourmy en 1806. Vers 1840, Migette ayant fait faillite, le faïencier suisse Gabriel Granger s'installe à Nans, attiré par l'accessibilité, les bonnes terres, la forêt, la source du Verneau, et les possibilités d'extension du site pour une activité importante. La société est locataire du négociant et propriétaire Cretin, grande famille bienfaitrice à Pontarlier. Granger s'entoure d'une équipe venue d'autres faïenceries de Sarreguemines, Salins-les-Bains, Rioz, Poligny et Dijon. Il récupère les moules de Migette. La faïencerie prend rapidement de l'importance, elle est en mesure de proposer un choix de 90 pièces différentes blanches ou décorées, en cailloutage. En 1860, lorsque Granger part pour Salins, plusieurs manufacturiers se succèdent et produisent de nombreuses pièces qui ne suffisent cependant pas à honorer toutes les commandes. Dès 1876, un décorateur se fait connaître pour son talent : Eugène Touret. Il est spécialisé dans les décors floraux à mode strasbourgeoise sur des riches modèles de style rocaille. Le service de Célestin Faivre correspond tout à fait à ses productions, qui rencontrent d'ailleurs un grand succès. En 1898, elles sont récompensées par une médaille de vermeil à l'exposition de Dijon. C'est alors la mère d'Eugène Touret, Eugénie Touret qui dirige l'entreprise de Nans. L'activité de la manufacture se poursuit jusqu'en 1929 où la crise et le décès du directeur lui portent un coup fatal. Les bâtiments sont démolis peu après. Bien que les productions de cette faïencerie se retrouvent dans la plupart des foyers comtois, elles ont été redécouvertes par Suzanne de Buyer dans le cadre de son travail de recherche à l'Ecole du Louvre en 1958. Trois ans plus tard, elle organisait avec l'aide du peintre pontissalien Robert Fernier (1895-1977) une exposition sur les faïences régionales dans la chapelle des Annonciades à Pontarlier. Les faïences de Nans-sous-Sainte-Anne sont ensuite représentées dans des expositions à Vesoul en 1973, à Paris en 1980, à Besançon en 1981, à Salins-les-Bains en 1985, Arc-et-Senans en 1998, Saint-Dié-des Vosges en 2003, au musée Courbet d'Ornans de 2005 à 2008, au Musée national de la Céramique de Sèvres en 2008-2009 pour l'exposition sur la faïence fine française et enfin, à la ferme de Flagey (Doubs) depuis 2014. En 2013, les collectionneurs Michel Boillot et Alain Leduc ont publié un livre qui recense leur important travail de compilation de l'ensemble des créations de Migette et de Nans-sous-Sainte-Anne. Néanmoins, c'est au Musée municipal de Pontarlier que l'on peut voir de façon permanente des pièces produites par Nans-sous-Sainte-Anne, en relation avec celles d'autres faïenceries de Franche-Comté, témoins du passé industriel du territoire. (Laurène MANSUY)

Ecole

France

Lieu création / utilisation

France ; Doubs ; Nans-Sous-Sainte-Anne (lieu de création)

Période création/exécution

4e quart 19e siècle

Millésime création/exécution

1879

Epoque/style/mouvement

style Rocaille

Historique

Service commandé par les amis du chanoine Célestin Faivre, aumônier à la prison de Bellevaux à Besançon. Célestin Faivre: Né en 1811 à Indevillers, Célestin Faivre, fils d'instituteur, obtient son baccalauréat en lettres classiques avant d'entrer au grand séminaire de Besançon en 1831. La ville est en proie à une crise économique et à une épidémie de choléra, si bien que le jeune homme commence à prodiguer des soins aux nécessiteux. Sa vocation est née. Ordonné prêtre en 1835, il est affecté à la prison et hôpital de Bellevaux à Besançon, comme aumônier. Il s'occupe particulièrement des jeunes détenus à qui il apprend à lire et à écrire. Epuisé, il est nommé curé de Combes la Motte de 1839 à 1841. Puis, sollicité par les sœurs, il reprend l'aumônerie de l'Hôpital Saint-Jacques de Besançon, avant de retourner à Bellevaux en 1844. Il y est chargé des sacrements, de l'instruction et encourage les exercices de chant. Comme les enfants ne sont plus envoyés à la prison de Bellevaux, l'abbé Faivre décide de fonder les ateliers de l'œuvre de Saint Joseph pour recevoir des jeunes garçons issus de familles pauvres et leur enseigner différents métiers, notamment l'horlogerie. Cette institution rencontre son succès de 1844 à 1848, puis s'écroule sous les frais, le manque de donateurs et la concurrence d'autres établissements. En parallèle, à Bellevaux, Célestin Faivre s'engage pour l'humanisation des conditions de détention et pour l'ouverture d'une bibliothèque. En 1870, il participe à la nouvelle législation pénitentiaire et à la mise en place de cellules individuelles en lieu et place des salles communes où détenus de tous horizons étaient entassés. Ses actions sont reconnues puisqu'en 1873 il est décoré de la Légion d'Honneur et l'année suivante il est fait chanoine honoraire du patriarcat d'Antioche, de Jérusalem et d'Alexandrie. Cependant, en conflit avec le directeur de Bellevaux, il finit par prendre sa retraite le 1er avril 1877. Il effectue alors de nombreuses missions dans les villages du Haut-Doubs. C'est pendant cette période que, le 23 novembre 1879, pour la fête de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens et des chœurs, il reçoit un service en faïence. (Laurène MANSUY) ; Elément du service de 21 pièces pour oeufs à la neige de Nans-sous-Sainte-Anne

Matériaux/techniques

faïence fine

Description

Couvercle de soupière de style rocaille

Inscriptions

inscription

Précision inscriptions

Sur la face Inscription dans la croix pectorale de chanoine : C.F

Sujet représenté

végétal (fleur, palme, ornement à forme végétale) ; médaille (ordre de la Légion d'honneur, croix pectorale)

Précision sujet représenté

Période Clerget ; Le couvercle est décoré de petites fleurs champêtres ainsi que de la croix pectorale de chanoine aux initiales du commanditaire et de la croix de la légion d'honneur. Les bords sont rehaussés d'une ligne et de peignés pourpres.

Lieu de conservation

Pontarlier ; musée municipal

Statut juridique

propriété de la commune ; achat ; Pontarlier ; musée municipal

Date acquisition

2015/10/15

Numéro d'inventaire

2015.1.1.2

Rédacteur

Estelle Varezzi

Copyright notice

© Pontarlier ; musée municipal ; 2015, © Service des Musées de France, 2016

Crédits photographiques

© Estelle Varezzi

 

Renseignements sur le musée

 

M0340005176

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150   151   152   153   154   155   156   157   158   159   160   161   162   163   164   165   166   167   168   169   170   171   172   173   174   175   176   177   178   179   180   181   182   183   184   185   186   187   188   189   190   191   192   193   194   195   196   197   198   199   200  

Lots de réponses :  

1-200  201-300 


Requête :   ((décorateur) :AUTR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0