Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 3
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Scène de camp militaire

Auteur/exécutant

PATER Jean-Baptiste (suite de)

Précision auteur/exécutant

PATER : Valenciennes, 1695 ; Paris, 1736

Ecole

France

Anciennes attributions

Ancienne attribution : LANCRET Nicolas (Paris, 1690 ; Paris, 1743)

Période création/exécution

1er quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1720

Historique

Attribué à la fin du siècle dernier à Nicolas Lancret, le tableau ne paraît pas devoir être maintenu au sein de l'oeuvre de ce peintre. Au cours des dernières années, Xavier Salmon (communication orale et écrite, 1996) a pensé y reconnaître une oeuvre de jeunesse de Jean Antoine Watteau (1684-1721). Pierre Rosenberg (communication écrite, 1997) pense que la toile ne peut revenir en "aucune manière" à cet artiste ; n'y voyant pas davantage une oeuvre de Lancret ou de Pater, il préfère suggérer le nom de Bonaventure de Bar, artiste, hélas bien mal documenté. Martin Eidelberg (communication écrite, 1999) n'écarte pas non plus cette dernière hypothèse, tout en évoquant plus généralement l'art de Jean-Baptiste Pater (en particulier pour les personnages assis au centre), mais il estime que les figures placées à droite et à gauche sont d'un esprit différent. Enfin Marianne Roland-Michel (communication écrite, 2003) considère l'attribution à de Bar comme discutable (d'autant qu'elle juge la toile d'une toute autre main que la Fête villageoise, appartenant également au musée d'Amiens, et qui lui paraît pouvoir revenir à cet artiste). La scène nous transporte dans un campement militaire ; devant une tente des soldats trinquent, lutinent ou conversent avec de jeunes femmes ; à droite un officier s'avance donnant le bras à une dame ; à gauche des gardes sont couchés auprès d'un arbre. Dans une échappée ouverte sur le lointain, on aperçoit d'autres groupes assemblés autour de bivouacs fumants. Ce type de composition qui développe un vocabulaire galant et militaire, a été élaboré suivant la tradition nordique, par Jean-Antoine Watteau. Celui-ci a eu l'occasion, lors des dernières années de la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714) de constater, et ce en particulier lors d'un séjour dans sa propre ville de Valenciennes (1709), les effets désastreux de ce long conflit, ruineux et peu décisif. Dans une dizaine de tableaux, le jeune peintre a brossé des scènes militaires où règne une ambiance d'attente, de vacuité et de fatigue désabusée, mais aussi de calme et de sérénité. Ses émules, directs ou non, ont multiplié les versions sur ce thème, dans un sens plus enjoué, qui toutes utilisent les mêmes artifices : dans le cadre d'installations aussi provisoires que campagnardes, évolue un peuple de soldats et d'aimables beautés accompagnées d'enfants, occupé à d'insouciantes besognes. De ces vues, qui narrent les charmes d'une vie errante et belliqueuse, ouverte à toutes les aventures, se dégage une impression festive et réjouissante, teintée de mélancolie. Jean-Baptiste Pater est l'auteur de toute une série de pièces évoquant cet univers où la guerre et l'amour se mêlent. Dans les Vivandières de Brest (vers 1720), de la Wallace Collection de Londres, il élabore une composition très similaire, dans laquelle on retrouve des détails semblables à la toile d'Amiens (motif de la tente, garde couché, soldats empressés et filles peu farouches...). On observe des analogies comparables dans Tentes de vivandiers du quartier général ou deux "divertissements militaires" passés en vente publique récemment. Enfin, La Halte à l'auberge (vers 1730), appartenant à la collection Rau, ou la Foire de Bezons (vers 1733-1736), du Metropolitan Museum, renferment comme nombre de travaux réalisés par Pater dans cet esprit, certains accents proches du tableau d'Amiens. La paternité de cette oeuvre plaisante demeure donc fort discutée, d'autant que d'autres suiveurs de Watteau, Lancret ou Pater, dont l'oeuvre reste encore largement à explorer, ont volontiers prolongé ce séduisant répertoire, tels François Octavien (Rome, 1682 - Versailles, 1740) ou Pierre Antoine Quillard (Paris, vers 1704 - Lisbonne, 1733). Notice de Matthieu Pinette

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Dimensions

Hauteur en cm 41.9 ; Largeur en cm 63.5 ; Hauteur avec cadre en cm 43.2 ; Largeur avec cadre en cm 65.1

Sujet représenté

scène (camp militaire, soldat, femme)

Lieu de conservation

Amiens ; musée de Picardie

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Amiens ; musée de Picardie

Date acquisition

1890 acquis ; 1894 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Collection privée, Lavalard, Frères, 1890

Numéro d'inventaire

M.P.Lav.1894-205

Exposition

Amiens, musée de Picardie, Dortmund, musée des Beaux-Arts, Cinq siècles de peinture française, 1960. (n° 9)
Columbia, Columbia Museum of Art, Pittsburgh, The Frick Art and Historical Center, Omaha, Joslyn Art Museum, Santa Barbara, Santa Barbara Museum of Art, From the Sun King to the Royal Twilight. Painting in Eighteenth-Century France from the Musée de Picardie, Amiens, 2000-2001 (cat. par M. Pinette). (pp. 42-43, n° 8)

Bibliographie

Catalogue des tableaux composant la collection Lavalard Frères de Roye au Musée de Picardie, Amiens, 1894. (p. 44, n° 205 (Ecole française, XVIIIe siècle))
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du Musée de Picardie, Amiens, Impr. Piteux Frères, 1899. (p. 218, n° 162 (att. à Nicolas Lancret))
Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du Musée de Picardie, Amiens, Impr. Picarde, 1911. (p. 134, n° 159 (Nicolas Lancret))
Wildenstein Georges, Lancret, Paris, 1924. (p. 104, n° 522)
Boinet Amédée, Le Musée d'Amiens. Musée de Picardie. Peintures, Paris, 1928. (p. 15, 42 (Jean-Baptiste Pater))
Foucart (Borville) Jacques, Les Lavalard, Amiens, 1977. (p. 45 (Ecole française, XVIIIe siècle))
Lesage Jean-Claude, Oeuvres méconnues de peintres français du XVIIIème siècle au Musée de Picardie - Amiens, maîtrise, Université de Lille III, 1978. (pp.141, 142 (Jean-Baptiste Pater))
Glorieux Guillaume, "Un ensemble de décors peints par Bonaventure de Bar", Revue de l'art, 150, 2005, 4, pp. 47-54 (pp. 51-54, fig. 10)
Pinette Matthieu, Peintures françaises des XVIIe et XVIIIe siècles des musées d'Amiens, Musée de Picardie / Somogy éditions d'art, 2006 (272 p. ; ouvrage accompagné d'un CD-Rom contenant l'intégralité des notices). (p. 54-55, ill. p. 55 )

Rédacteur

Renaux Catherine

Copyright notice

© Amiens, musée de Picardie, © Service des musées de France, 2010

Crédits photographiques

© Fonds musée de Picardie, © Jeanneteau, Marc

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

08120000027

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49  

Lots de réponses :  


Requête :   ((PATER Jean-Baptiste Valenciennes) :AUTR )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0