Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 37
Domaine

archéologie ; sculpture ; romain

Dénomination

haut-relief (fragment) ; tête

Titre

Maximien Hercule donnant le signal d'ouverture des jeux : bras (fragment) ; main gauche (fragment)

Période création/exécution

4e quart 3e siècle

Découverte/collecte/récolte

France ; Haute-Garonne ; Martres-Tolosane ; (Villa de Chiragan, lieu de découverte) ; fouilles archéologiques ; (1826-1830, date de découverte)

Matériaux/techniques

marbre blanc

Description

Marbre blanc à gros cristaux ; marbre de Saint-Béat (Haute-Garonne)

Dimensions

H. en cm : 30 (tête) - 51 (bras) - 35 (main gauche) ; l. en cm : 22.5 (tête) - 23.5 (bras) - 19 (main gauche) ; P. en cm : 16.5 (tête) - 17.5 (bras) - 14.5 (main gauche) ; E. en cm : plaque du fond 3 à 4 cm ; E. en cm : encadrement latéral (au niveau du bras et de la main gauche) 4 à 5 cm

Sujet représenté

portrait (empereur romain : Maximien Hercule : tête, bras, main : gauche)

Précision sujet représenté

Grâce à deux statues conservées à Rome, dans les musées du Capitole, on peut restituer ici l'attitude du personnage comme ses vêtements : tunique à manches longues qui descend jusqu'aux chevilles, recouverte par une seconde tunique un peu plus courte, sans manches et une toge pourpre (toga picta). Il tient dans sa main droite une étoffe (la mappa). Ce tissu blanc était jeté par l'editor (magistrat qui ordonnait les jeux dans l'arène ou le cirque) afin de donner le signal du début des combats ou le départ de la course de chars. Aussitôt, la tuba (longue trompe en bronze) sonnait et les compétitions débutaient. La main gauche tient un sceptre (scipio), insigne du pouvoir. On reconnaît ici l'empereur Maximien Hercule dont un autre portrait a été découvert à Chiragan. Dans les années 293/296, des invasions de peuples migrateurs en Afrique du Nord et des razzias de pirates francs sur les côtes espagnoles, obligent Maximien à se rendre dans ces provinces. La construction du palais de Cercadilla, près de Cordoue, est d'ailleurs à rattacher à cette période. Les Pyrénées centrales ont dû alors servir de passage pour les légions venues de Germanie et de Gaule. C'est justement à partir de cette époque de la Tétrarchie (gouvernement de l'Empire à quatre têtes), à la fin du IIIe siècle, que la villa de Chiragan connut une période de très grande activité et d'importantes transformations architecturales. L'extraordinaire décor conçu dans ces années-là est sans doute destiné à célébrer les combats de l'empereur, comparables à ceux menés par Hercule, le patron divin de Maximien.

Lieu de conservation

Toulouse ; musée Saint-Raymond

Statut juridique

propriété de la commune ; mode d'acquisition inconnu ; Toulouse ; musée Saint-Raymond

Numéro d'inventaire

Ra 50 bis-Ra 97-Ra 98 ; 30325 (Ancien numéro)

Commentaires

Ra 50 bis, Ra 97 et Ra 98 font partie d'un même haut-relief. Les éléments ont été retrouvés séparés lors de la fouille. Ils ont été rassemblés sur la même plaque dans la muséographie mise en place en 2015. (fragment)

Bibliographie

Joulin (Léon), "Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosane", extrait des Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1ère série, tome XI, 1ère partie, Paris, 1901, (n° 114 B p. 92 (308), p. 108 et fig. 220 B pl. XIV et pl. XIV, n° 201 B )
Espérandieu (Emile), Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. II, Paris, 1908, (n° 895.2.)
Rachou (Henri), Catalogue des collections de sculpture et d'épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse, éd. Privat, 1912, (n° 50 bis, n°97 et 98.)
Bergmann (Marianne), Chiragan, Aphrodisias, Konstantinopel. Zur mythologischen Skulptur der Spätantike, Wiesbaden, Reichert, 1999, (Palilia, vol. 7), (n° 9 p. 34, pl. 13.1-3.)
Balty (Jean Charles), Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosanes), I. Les portraits romains, 1.5 La Tétrarchie, Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, imprimerie Ménard, novembre 2008, (p. 24, 25, 54, 56, 71, p.26 fig.22, 58, 59, 71 et p. 26 fig.23, 60, 61, 71.)

Rédacteur

équipe du musée Saint-Raymond

Copyright notice

© Toulouse, Musée Saint-Raymond, © Service des musées de France, 2017

Crédits photographiques

© Photo Jean-François Peiré CC BY-NC-SA

 

Renseignements sur le musée

 

05630004573

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124  

Lots de réponses :  


Requête :   ((fouilles archéologiques) :DECV )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0