Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 28
Domaine

gallo-romain ; costume - accessoires du costume ; archéologie

Dénomination

fibule (à charnière)

Période création/exécution

4e quart 2e siècle

Découverte/collecte/récolte

France ; Pays-de-la-Loire ; Loire-Atlantique ; Rezé ; (Jardin de N Cormerais, lieu de découverte) ; découverte fortuite ; (1861, date de découverte)

Précision découverte/collecte

Cette fibule fut découverte dans une sépulture, dans le jardin de M Cormerais en juillet 1861, à Rezé, en Loire-Atlantique. Elle appartient à la collection Parenteau. ; 1863 (invention du site)

Matériaux/techniques

alliage cuivreux, émail, moulage

Description

Fibule géométrique émaillée à charnière, symétrique. L'arc se compose d'un losange dont les extrémités sont formées par des ornements circulaires, émaillés à l'origine. Le pied et la tête de la fibule sont en forme de tête de reptile sur lesquelles on remarque encore les yeux et des incisions. Le losange central (l'arc) est décoré en damier émaillé de bleu, de vert, de blanc et de rouge, de façon très lacunaire. Au revers, subsiste le porte-ardillon, de forme triangulaire. L'ardillon est manquant. Cette fibule est du type 26c4 de M.Feugère ou du type 16.7 de E Riha. Ce type de fibule se retrouve dans le nord de la Gaule, la Belgique et la région du Rhin. Il est également présent en Grande-Bretagne où il existe une tradition d'émailleur entre l'âge du Fer et l'époque romaine mais dont peu d'exemplaires ont été exportés vers le continent

Dimensions

Hauteur en cm 1.1 ; Longueur en cm 5.9 ; Largeur en cm 4.3 ; Poids en gr 12.46

Utilisation/destination

parure ; bijou

Précision utilisation/destination

Les fibules sont des fermoirs en métal qui permettent d'attacher le vêtement. Elles sont constituées d'un arc de différentes formes, d'un ou plusieurs pieds situés aux extrémité. Au revers est placé un ardillon (partie en fer généralement disparue à cause de l'oxydation rapide de ce matériau) qui se glisse dans le porte-ardillon. L'ardillon permet d'accrocher la fibule au tissu. Les fibules revêtent une grande importance : elles sont une part importante du mobilier funéraire et elles permettent de dater une sépulture par leur seule présence. La fibule émaillée a été produite à partir de la moitié du 1er siècle jusqu'au IVe siècle après J.-C. Les fibules émaillées : ce genre de fibule ne se caractérise pas par sa morphologie comme c'est souvent le cas, car elle se décline en de multiples formes. Sa morphologie est très variable. L'arc de cette fibule est de forme variable : un losange, un triangle, un carré, un trapèze. Les fibules portent parfois des terminaisons en forme de tête de reptile ou aplatie et incisée d'une croix, moulurée, ou des formes complexes. La typologie de ces fibules repose sur leur émaillage M. Feugère en a répertorié quatre types : cf. M. Feugère " Les fibules en Gaule Méridionale de la conquête à la fin du Ve s. apr. J.-C. ", CNRS, Paris, 1985. Pour l'exemplaire de fibule qui nous intéresse, l'émail a été appliquée par la technique du millefiori. Cette technique consiste à creuser l'émail pour y déposer une autre couleur qu'on assemble à chaud. Cette technique est utilisée dès le Iie siècle après J.-C Elle évolue fortement sous les mérovingiens. La technique d'émaillage apporte des indices importants quant à la datation de l'objet et à sa provenance. En effet, la technique d'émaillage par millefiori est une technique qui était inconnue en Gaule : elle a été apportée par les civilisations italiques

Lieu de conservation

Nantes ; musée départemental Dobrée

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; mode d'acquisition inconnu ; Loire-Atlantique ; musée départemental Dobrée

Date acquisition

1882 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Collection privée, Parenteau Fortuné

Numéro d'inventaire

882.1.569

Commentaires

Fiche papier inventaire de Dominique Costa : BSAN 1859-1861, p.466, pl.11-12 - Inv 1878, p.36, n°4, pl 17, n°4 - C 1903, p.115, n°93 "Les bijoux bretons dans la Bretagne artistique pittoresque et littéraire" 1ère année, n°2, p.75-76, fig 4-5

Exposition

Traces humaines, musée Dobrée, 2006-2010 (Vitrine gallo-romaine 10, n° 22)

Bibliographie

BSANLI, 1861 (BSAN-1. 1861-1.2 p. 466 n° 12. pl II-12)
Inventaire archéologique: précédé d'une introduction sur l'étude des bijoux. Parenteau F. (p. 36 n° 4 pl XVII-4-)
cat 1903 (p. 115, n° 93)
BNLI, 1859 (F Parenteau "Fouilles archéologiques" T I pp. 459-467, 2 pl. 'cf. p 463 et pl. IIe, n° 12)
cat 1964 (Art mérovingien) (Costa, n°305)
Nécropoles et sarcophages du haut Moyen Age en Loire-Atlantique - Université de Paris I - 1989 (p. 133) d

Copyright notice

© Nantes, musée départemental Dobrée, © service des musées de France, 2012

Crédits photographiques

© musée Dobrée

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

07450010681

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55  

Lots de réponses :  


Requête :   ((1861) :DECV )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0