Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 26
Domaine

archéologie ; romain ; vie domestique

Dénomination

cruche (à bec verseur, à embouchure oblique)

Appellation

cruche à embouchure oblique en fer à cheval

Lieu création / utilisation

Italie (lieu d'exécution)

Période création/exécution

3e quart 1er siècle

Epoque/style/mouvement

romain

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

Cette cruche appartient au type Tassinari E 3000 et au service à boire de type G (Canterbury) dans la classification de H. U. Nuber. Le protome décorant sous diverses formes la partie supérieure de l'anse constitue l'une des principales caractéristiques de ces cruches et représente souvent un cheval, parfois marin, mais également un buste humain, une sphinge, un griffon, une panthère, un lion ou un taureau. L'attache inférieure présente la même diversité, avec une prédominance des têtes ou des bustes humains. La fabrication en trois ou quatre parties du vase est typique des productions italiques, fréquentes en Campanie. Les exemplaires découverts à Pompéi forment une série homogène, marquée par le soin apporté à la fusion des bronzes, l'élégance de leur galbe et la qualité du décor souvent repris à froid. Les cruches à embouchure oblique étroite étaient associées, dans le cadre domestique ou funéraire, à des patères dont la morphologie est moins fixe : souvent dotée d'un manche cannelé, terminé par une tête de chien ou de bélier. La patère à tête de bélier, décrite dans l'inventaire des objets provenant de Pompéi, dressé en 1846 (archives du Musée Condé, 58d 1, f° 73), aujourd'hui disparue, pouvait donc être éventuellement associé à cette cruche, ou à celle décorée d'un buste humain (OA 1151). Remarquons néanmoins que si ces associations sont assez récurrentes hors d'Italie, en Campanie les cruches semblent moins systèmatiquement couplées à des patères. La production du service de type G (Canterbury) pourrait avoir comme modèle des prototypes hellénistiques, comme semble le démontrer ses similitudes avec la cruche alexandrine découverte à Egyed et conservée à Budapest. Elle débute vers le milieu du Ier siècle dans les ateliers italiques.

Découverte/collecte/récolte

Italie ; Pompéi (lieu de découverte) ; maison ; fouilles ; (8 novembre 1843, date de découverte)

Précision découverte/collecte

Pompéi, auberge de Gabinianus, dite maison du duc d'Aumale. Quartier VI, îlot IX, 1, 14. Durant l'automne 1843, le duc d'Aumale rejoint son commandement à Constantine, en Algérie. Son itinéraire le mène à Naples où ses parents, le roi Louis-Philippe et la reine Marie-Amélie, l'ont invité à faire la connaissance de la sœur du roi Ferdinand II et de la fille du prince de Salerne : il s'agit de trouver une épouse au jeune prince, auréolé de gloire par la récente prise de la la smala d'Abd El-Kader. La fouille fut organisée à Pompéi par le roi des Deux-Siciles qui programma pour le duc d'Aumale une ascension du Vésuve et une visite de Pompéi. La pratique est alors courante à la cour de Naples d'organiser une fouille sous les yeux de visiteurs de marque, et éventuellement de leur en offrir le fruit. En souvenir de la visite du prince, la maison fouillée devant lui est baptisée "Casa del Duca di Aumale". Un graffiti, "Venies in Gabinianum pro mansu", publié par M. Della Corte, permet de comprendre sa destination première. Il s'agissait d'une auberge, un hospitium, dont le propriétaire, ou le gérant, se nommait Gabinianus. L'inscription vantait son hospitalité et invitait à entrer. Ainsi s'explique parfaitement la grande quantité de vaisselle et d'ustensiles de cuisine découverte sur place. De même, trois dés à jouer (OA 1865 à 1867) illustrent bien l'animation que dut connaître l'établissement. Dans le même ilôt, une officine de parfumeurs jouxtait l'auberge : cela justifie peut-être le nombre important de vases à parfum issus de la fouille (OA 1831 à 1836). L'auberge se situait dans l'un des plus élégants secteurs de Pompéi, au nord-ouest de la cité, près des remparts.

Matériaux/techniques

bronze

Description

Cruche à panse ovoïdale et épaulement oblique, reposant sur un pied en doucine à assise annulaire, à faces obliques moulurées et base allégée par des moulures concentriques. Le col hyperboloïdal est étroit, la base soulignée par un bandeau mouluré. Le haut du col est asymétrique : la face antérieure est infléchie, la face postérieure tronquée obliquement. L'ouverture est de section ovale pincée, l'avant en fer à cheval, avec un bord biseauté. L'anse à tige en crosse se terminant par trois feuilles pointues, décorée d'un bandeau en son sommet, formé par une rangée de perles cernée par deux cannelures, puis couverte d'une longue feuille d'acanthe, bordée elle`même latéralement par un rang de perles. L'anse s'applique sur le vase par le biais d'un protome de cheval aux oreilles dressées, dont les jambes épousent les pentes de la lèvre. Elle s'appuie sur l'épaule du vase par une plaque soudée : une tête de Gorgone de type humanisé, le regard menaçant, le nez large, la bouche entrouverte, la chevelure épaisse, rayonnante et garnie de deux tête de serpent affrontées. Le visage émerge d'un culot végétal. La panse, l'anse et le pied sont foudus à part et soudés, les deux derniers probablement réalisés dans un atelier différent, spécialisé comme semblent notamment l'indiquer les récentes fouilles de Capoue (cf. De Caro). Le col est peut-être discrètement emboité dans l'épaule à la hauteur du bandeau en cavet, comme d'autres exemplaires du même type. La corrosion empêche de discerner le dispositif retenu par l'artisan de ce vase

Dimensions

H. 25

Utilisation/destination

consommation des boissons

Sujet représenté

ornement à forme animale (cheval : tête, patte) ; figure mythologique (Gorgone ; tête)

Etat de conservation

entière, épiderme corrodé

Lieu de conservation

Chantilly ; musée Condé

Statut juridique

propriété privée personne morale ; donation sous réserve d'usufruit ; Chantilly ; musée Condé ; interdiction de prêt ou de dépôt

Date acquisition

1886 date d'acquisition ; 1897 entrée matérielle

Anciennes appartenances

offerte le 8 novembre 1843 par Ferdinand II, roi des Deux-Siciles ; Henri d'Orléans duc d'Aumale

Numéro d'inventaire

OA 1150

Exposition

De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Chantilly, musée Condé, 5 juin - 9 septembre 2002

Bibliographie

Macon, 1907, p. 14 ; Fiorelli, 1862, p. 457 ; Bibliographie de comparaison :De Caro, 1994, p. 228 ; Tassinari, 1993, type E 3000; Mutz, 1972, p. 127 ; Nuber, 1972, type G ; Balty, 1965, p. 14-59 ; Radnoti, 1960, p.99-124 ; Ludovic Laugier, De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale, Ed. Somogy - musée Condé, 2002, p. 71-72

Copyright notice

© Chantilly, musée Condé, © Direction des musées de France, 2003

Crédits photographiques

© Ojéda R G ; © Réunion des musées nationaux - utilisation soumise à autorisation

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

M5052000081

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57  

Lots de réponses :  


Requête :   ((8 novembre 1843) :DECV )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0