Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 6
Domaine

peinture ; temps modernes

Dénomination

tableau

Titre

La Querelle d'Achille et d'Agamemnon (Titre original)

Auteur/exécutant

GAULLI Giovanni Battista (peintre), BACICCIO (dit)

Précision auteur/exécutant

Gênes, 1639 ; Rome, 1709

Ecole

Italie

Période création/exécution

4e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1685 entre ; 1695 et

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

"La fortune critique de ce chef-d'oeuvre "inconnu" (jamais mentionné par les sources anciennes) est un cas d'école. La toile est acquise par le musée de Beauvais en 1963, lors d'une vente publique à Bourges grâce au flair de Jean Favier, alors conservateur du musée du Berry. Mais c'est à Michel Laclotte, directeur du musée du Louvre, que revient l'attribution à Baciccio. En 1964, Robert Engass, qui venait de rédiger le premier catalogue raisonné du peintre génois, publie l'oeuvre ("Revue du Louvre"). La même année, l'helléniste François Chamoux en précise le sujet ("Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France"). Au début des années 1970, Dieter Graff s'intéresse à la genèse de l'œuvre en publiant deux articles ("Revue du Louvre"). En 1999, Francesco Petrucci choisit le détail de la figure de Pallas-Athéna comme affiche de la première exposition sur le peintre génois (Ariccia 1999-2000). La datation oscille, selon les spécialistes, entre 1685/1690 (Enggass 1964) et 1695 (Graf 1972). Selon ce dernier, la toile a été peinte d'après une gravure de Robert Van Audenaerde (1663-1748), dont l'invention revient à Baciccio. La gravure, destinée à un frontispice de thèse, porte une dédicace au pape Innocent XII (1691-1700) que l'on suppose être le commanditaire du tableau. Petrucci (2009) propose avec plus de vraisemblance d'attribuer la commande à Giovanni Battista Pamphili, père d'Innocenzo Camillo Girolamo, auteur de la thèse. Les onze dessins préparatoires, aujourd'hui conservés à Düsseldorf, se rattachent à la conception de la gravure. En 1999, Dieter Graf a publié un dessin inédit pour la figure de Junon, le seul personnage qui ne figure pas dans la gravure. L'oeuvre de Beauvais appartient à la noble tradition du tableau d'histoire et représente la querelle d'Achille et Agamemnon, un épisode central de la guerre de Troie (Homère, "Iliade", I, versets 175-295). L'épisode a lieu dans le camp des Grecs, au bord de la mer, sous les remparts de Troie. Au premier plan, les deux chefs grecs s'affrontent : à gauche, le roi de Mycènes, Agamemnon, chef de l'expédition contre les Troyens et à droite Achille, chef des Myrmidons. Agamemnon, contraint de renoncer à son esclave Chryséis, fille du prêtre d'Apollon qui a déclenché l'épidémie de peste dans le camp des Grecs, réclame en échange Briséis, l'esclave d'Achille. Face à cette injustice, Achille s'apprête à dégainer son épée pour répondre au geste du roi qui s'avance vers lui pour l'attaquer. Sa posture indique néanmoins une hésitation face à l'apparition de Pallas-Athéna, accompagnée de deux "putti" volants portant ses attributs, que l'on aperçoit à l'arrière-plan. Suivant le récit homérique, celle-ci chevauche un nuage qui la cache aux autres personnages. La déesse esquisse un geste d'apaisement à l'adresse d'Achille qu'illustre bien ce vers : "Contente-toi de mots, et, pour l'humilier, dis-lui ce qui l'attend.". Achille prédit ainsi à Agamemnon le massacre des Grecs. À sa droite, le vieux Nestor, les yeux levés vers Athéna, essaie d'apaiser en vain les tensions. Cette querelle entraînera le retrait d'Achille de la guerre et le massacre des Achéens. Achille fera appel à Thétis, sa mère, pour le venger. Il lui demandera d'obtenir de Zeus qu'il favorise les Troyens. Baciccio, peintre originaire de Gênes, a été, avec Carlo Maratta, le peintre majeur de la peinture romaine de la seconde moitié du XVIIe siècle. À Gênes, il s'était formé dans la tradition de Rubens et de Van Dyck qu'il enrichit à Parme par l'étude des œuvres du Corrège. Arrivé à Rome dès 1657, il devient le collaborateur le plus fidèle mais aussi le plus génial du Bernin. Protégé par la famille Chigi, il s'affirme rapidement dans le domaine du portrait et de la fresque. Son chef-d'œuvre est le plafond de l'église du Gesù - "Le Triomphe du nom de Jésus" (1674-1679). Après la mort du Bernin (1680), son étoile commence à pâlir. L'affirmation définitive, à la fin du siècle, du classicisme orthodoxe de Carlo Maratta et de son école l'oblige à modifier son style fougueux. La toile de Beauvais est un chef-d'oeuvre absolu de cette dernière période et témoigne d'un profond changement stylistique, par ses couleurs froides et lumineuses, ainsi que par sa composition en frise d'ascendance classique. Engass avait déjà constaté que toutes les peintures de Baciccio présentes dans les musées français appartiennent à cette dernière période. Dans la toile de Beauvais, on retrouve, comme dans "Joseph reconnu par ses frères" (Ajaccio, Palais Fesch-musée des beaux-arts, inv. 852.1.9), l'influence de l'oeuvre de Poussin. Par son coloris frais et lumineux, l'oeuvre est également proche de "La Prédication de saint Jean Baptiste" du musée du Louvre (inv. 20298)." (Vincenzo Mancuso in : Nathalie Volle (dir.), Christophe Brouard (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, p. 199).
Exécuté d'après une gravure de composition très voisine conservée au musée de Düsseldorf, datée de 1693 et pour laquelle Gaulli avait fourni le dessin préparatoire.

Matériaux/techniques

peinture à l'huile ; toile

Description

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois mouluré doré.

Dimensions

H. 149,5 cm ; L. 225 cm ; Ep. 3 cm ; Pds 38 Kg (toile+cadre)

Sujet représenté

scène mythologique (Achille, colère, Agamemnon, épée, duel, guerrier, Athéna, Héra, amour : nu, lance, casque, bouclier, tente, campement) ; fond de paysage (mer, colline, ville, bateau, port)

Source sujet représenté

épopée ; Homère : L'Iliade

Lieu de conservation

Beauvais ; MUDO - Musée de l'Oise

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété du département ; achat en vente publique ; Oise ; MUDO - Musée de l'Oise

Date acquisition

1963

Numéro d'inventaire

63.95

Exposition

"Peintures italiennes (XVIIe-XVIIIe siècles)", Beauvais, Musée départemental de l'Oise, 18 mai-15 septembre 1971, n°5 ; "Giovan Battista Gaulli : il Baciccio, 1639-1709", Ariccia, Palazzo Chigi, 11 décembre 1999-12 mars 2000, n° 55 ; "Heures italiennes : le Naturalisme et le Baroque, XVIIe siècle", Beauvais, MUDO-Musée de l'Oise, 27 avril-17 septembre 2017, n°107

Bibliographie

Enggass R., "The Painting of Baciccio - Giovanni Battista Gaulli 1639-1709", University Park (The Pennsylvania State University Press), 1964, pp. 214-218 ; Chamoux François, "Un tableau du Musée de Beauvais attribué à Baciccio", in Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1964, pp. 152-155 ; Salmon Marie-José, Thuillier Jacques, "Peintures italiennes (XVIIe-XVIIIe siècles)", Beauvais, Musée départemental de l'Oise, 1971, catalogue d'exposition, p. 14 repr. n. et bl. ; Graf Dieter, "Un tableau de Giovanni Battista Gaulli : La Querelle d'Achille et d'Agamemnon de Giovanni Battista Gaulli : dessins préparatoires", in La Revue du Louvre et des Musées de France, tome 22, n°3, 1972, pp. 155-162 et Addenda n°6, pp. 449-450 ; Laskin M., "Pitture italiane, secoli XVII e XVIII, compte rendu de l'exposition de Beauvais", in Arte Illustrata, n°47, juin 1972, p. 83 ; Macandrew H., Graf D., "Baciccio's Later Drawings : a Re-Descovered Group Acquired by the Ashmolean Museum", in Master Drawings, 10, n°3, 1972, pp. 251-253 ; Newcome Schleier M., "Maestri Genovesi dal Cinque al Settecento", Firenze, 1977, p. 32 n°31 ; Salmon Marie-José, "Beauvais, musée départemental de l'Oise", Beauvais, Musée de l'Oise, 1981, p. 37, fig. 6 ; Biavati G., "Ricognizione sulla grafica del Museo Luxoro", in Bollettino dei Musei Civici Bolognesi, 5, n°15, 1983, p. 7 ; Brejon de Lavergnée Arnauld (dir.), Volle Nathalie (dir.), "Musées de France : répertoire des peintures italiennes du XVIIe siècle", Paris, éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1988, p. 44 repr. ; Sestieri G. "Repertorio della pittura romana della fine del Seicento e del Settecento", Turin, 1994, vol. 1, p. 79 et vol. 2 ill. 448 ; Fagiolo dell'Arco Maurizio, Graf Dieter, Petrucci Francesco, et al., "Giovan Battista Gaulli : il Baciccio, 1639-1709", Milan, Skira, 1999, n°55, p. 218 repr. coul. ; Volle Nathalie (dir.), Brouard Christophe (dir.), "Heures italiennes : trésors de la peinture italienne en Picardie, XIVe-XVIIIe siècles", Gand, Snoeck, 2017, n°107 p. 199 repr. coul.

Rédacteur

Véronique, WILCZYNSKI

Copyright notice

© MUDO - Musée de l'Oise

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Thierry Ollivier - Utilisation des photographies soumise à autorisation

 

Renseignements sur le musée

 

07980002386

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35  

Lots de réponses :  


Requête :   ((temps modernes) :DOMN )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0