Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 8
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le Combattant espagnol ; Combatiente español

Auteur/exécutant

BUENO Javier

Précision auteur/exécutant

BUENO : Vera de Bidasoa, 1915 ; Fiesole de Caloine, 1979 ; nationalité : Hispanique ;
Javier Bueno a été l'élève de Vázquez Díaz à l'Académie de San Fernando à Madrid, puis étudiant à l'école des Beaux-Arts de Genève. Venu en France en 1938 après avoir étudié les Beaux-Arts à Venise, il s'installe en Italie en 1939. Il fait partie, après la guerre, du groupe " Pittori moderni della realta " ; tout en étant très proche de Oroso et Diego Rivera. Il a peint un grand nombre de " bodegones " et des portraits, dont celui de Vittorio De Sica

Ecole

Espagne

Période création/exécution

2e quart 20e siècle

Millésime création/exécution

1938

Matériaux/techniques

peinture à l'huile, toile

Dimensions

Hauteur en m 1.98 ; Largeur en m 1.20 ; Hauteur en m (avec cadre) 2.195 ; Largeur en m (avec cadre) 1.42 ; Profondeur en m (avec cadre) 0.065

Inscriptions

signé ; daté ; dédicace (espagnol)

Précision inscriptions

signé et daté en bas à droite : Javier Bueno - 1938 ; dédicace en haut : a mi amigo Nazario Cuartero / muerto en el frente de Madrid

Sujet représenté

portrait (homme, en pied, fusil)

Précision sujet représenté

Le musée Goya a la chance de posséder ses deux grands chefs-d'oeuvre : Le Combattant espagnol et Judith et Holopherne d'un style réaliste et expressionniste. En 1938, Javier Bueno peint Le combattant espagnol, oeuvre d'un réalisme robuste et expressif, en hommage à un ami tué sur le front de Madrid. En haut du tableau, on lit : " a mi amigo Nazario Cuartero muerto en el frente de Madrid ". Celui-ci est représenté comme un martyre des combattants républicains, dans une arcade romane comme un saint du Moyen-âge. L'homme est debout, vêtu d'un poncho mexicain déchiré et effrangé, le sang coule de sa blessure à la tête, ruisselle sur son vêtement et sur sa main droite qu'il regarde dans une expression de grande souffrance mêlée d'incrédulité. De sa main gauche il serre très fort son fusil. Le sujet se détache sur un fond sombre, dans une grande intensité dramatique. On remarque un repentir dans le bas du tableau, car le niveau du sol a été descendu, accentuant ainsi l'esprit monumental de l'oeuvre. Extrait du cat. exp. Madrid/Bilbao, 2002/2003, R. Tailhades. ;

Lieu de conservation

Castres ; musée Goya

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; don ; Castres ; musée Goya

Date acquisition

1953 acquis ; 1954 entrée matérielle

Anciennes appartenances

René-Jean Mr.

Numéro d'inventaire

54-3-1

Exposition

MADRID, BILBAO, 2002/2003, Obras Maestras Españolas del Museo Goya de Castres.

Bibliographie

Inventaire général des collections du musée Goya, Tome I, Peintures hispaniques - sous la directions de Jean-Louis Augé, Conservateur en Chef des musées de Castres (n°122, p.156)
Obras maestra del museo Goya. Madrid du 8 octobre au 1er décembre 2002 et Bilbao du 18 décembre 2002 au 23 février 2003, organisée par BBVA. (pp.148-149, 214)

Rédacteur

Berthoumieu Cécile

Copyright notice

© Castres, Musée Goya, © Service des musées de France, 2011

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

05940000123

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82  

Lots de réponses :  


Requête :   ((espagnol) :INSC )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0