Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 16
Domaine

dessin

Titre

Reddition de Séville devant Ferdinand III, roi de Castille et de Leon

Auteur/exécutant

HERRERA Francisco II de, HERRERA Francisco le Jeune

Précision auteur/exécutant

né à Séville en 1627 ; mort à Madrid en 1685 ; fils de Herrera l'Ancien, il part rapidement pour Rome, où il complète sa formation dans l'atmosphère du baroque typiquement cortonesque, se spécialisant tout particulièrement dans la nature morte aux poissons, à la manière napolitaine. A son retour, vers 1654, il s'arrête à Madrid, où il peint un chef-d'oeuvre, Saint Herménegilde (aujourd'hui au Prado), qui aura une influence décisive sur l'évolution de la peinture madrilène. Il s'installe ensuite à Séville où il intervient avec Murillo dans la création de l'Académie en 1660. Puis il obtint à Madrid un poste d'architecte et de peintre royal qui le fait s'y établir définitivement. Ses dessins, généralement à la plume, nerveux et même parfois embrouillés, sont la marque de son apprentissage à Rome dans le cercle cortonesque.

Ecole

espagnole

Anciennes attributions

HERRERA Francisco I de (attribué à)

Période création/exécution

3e quart 17e siècle

Millésime création/exécution

1671 vers

Genèse

oeuvre en rapport

Historique

La scène montre Ferdinand III le Saint (1198-1252) roi de Castille et de Leon, recevant sur un plateau les clés de la ville de Séville du gouverneur maure Achacaf. Cette scène déjà traitée par plusieurs peintres sévillans au XVIIe siècles, surtout par Francisco Pacheco en 1633 (Reddition de Séville, Séville, Cathédrale), puis par Zurbaran en 1634 (cycle de la vie de saint Pierre Nolasque au cloître des Buis du couvent Nuestra Senora de la Merced Calzada à Séville), cette représentation est sans doute liée aux fêtes liturgiques en l'honneur de Ferdinand en 1630 : selon les chroniqueurs de l'époque, celles-ci préparaient les célébrations officielles de 1671, date de la canonisation du roi, vénéré comme un saint depuis la prise de Séville. Les incisions marquant les contours principaux du dessin laissent supposer qu'il a pu préparer une gravure. L'analogie avec le Portrait allégorique de Charles II et Marianne d'Autriche (Vienne, Albertina, Graphische Sammlung) vient appuyer l'attribution de la feuille du Louvre à l'artiste. (L. Boubli et A. E. Perez Sanchez, dans cat. exp. Dessins espagnols : Maîtres des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Louvre, 1991, n° 66). L. Boubli date ce dessin autour de 1671 (Louvre, Département des Arts graphiques inventaire Général des dessins de l'Ecole espagnole, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2002, RMN, n° 77, p. 90, 91)

Matériaux/techniques

pierre noire ; plume ; encre brune ; stylet ; collé en plein ; papier (beige)

Description

Pierre noire, quelques traits de plume et encre brune, traces de contours soulignés au stylet, sur papier beige clair. annotation en bas à gauche, à la pierre noire :Herrera el Joben et annotation à la plume et encre brune, à côté de la signature :2 Rs. Collé en plein

Dimensions

H. en m 0,178 ; L. en m 0,286

Inscriptions

marque

Précision inscriptions

marque du Louvre (L. 1886 a), en bas à droite

Sujet représenté

scène historique (Ferdinand III de Castille, roi, attribut : couronne, sceptre, en pied, Maure, agenouillé, plateau, cheval, remise des clés) ; fond de paysage (Séville)

Précision sujet représenté

iconographie religieuse ; reconquête espagnole ; tour de la Giralda

Lieu de conservation

Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de l'Etat ; musée du Louvre département des Arts graphiques

Anciennes appartenances

Louis-Philippe, biens privés ;
dernière provenance : Louis-Philippe, biens privés

Numéro d'inventaire

INV 18422, recto

Commentaires

Louis-Philippe, domaine privé, Paris, en 1838 (Archives du Louvre, I DD 123, fol. 23) ; Inventaire des biens privés de Louis-Philippe rendus à la Maison d'Orléans en 1850 (Archives du Louvre, I DD 122, fol. 74) ; le dessin ne fut pas retrouvé ; demeuré au Louvre. Montage ancien conservé séparément.

Exposition

Dessins espagnols : Maîtres des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, 1991, n° 66 - Séville, 1995-1996, n° 60.

Bibliographie

Alfonso Emilio Pérez Sanchez, Lizzie Boubli, " Dessins espagnols. Maîtres des XVIe et XVIIe siècles ", RMN, 1991

Copyright notice

© musée du Louvre département des Arts graphiques, © Direction des Musées de France, 2004

Crédits photographiques

© Réunion des musées nationaux - utilisation soumise à autorisation

 

Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

Site complémentaire

Base Inventaire des Arts graphiques

 

50350205883

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76  

Lots de réponses :  


Requête :   ((1671) :MILL )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0