Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 28
Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

La marchande d'amours

Auteur/exécutant

GAMELIN Jacques (attribué) (peintre)

Précision auteur/exécutant

Carcassonne, 1738 ; Carcassonne, 1803 Elève à Toulouse de Pierre Rivalz, et à Paris de Jean-Baptiss Deshays, il concourut sans succès pour le grand prix en 1763 et 1764. L'année suivante, il fut de retour en Languedoc mais partit sans tarder pour Rome. Il fut reçu en 1772, à l'Académie de Saint-Luc comme peintre de batailles. A Rome également, il rencontra Raphaël Mengs et se lia avec Giuseppe Cadès. En 1774, il fut reçu à l'Académie de Toulouse dont il démissionna rapidement, sa manière peu habituelle suscitant des polémiques. Son fameux Recueil d'ostéologie et de myologie, en 1779, est un échec financier et il dut accepter le poste de directeur de l'Académie de Montpellier. Rallié aux idées révolutionnaires, il participa en 1793 à la campagne du Roussillon, fixant sur la toile ou le papier les principaux affrontements avec les troupes espagnoles.

Ecole

France

Anciennes attributions

Anciennement attribué à Angélica Kauffmann. le 24/7/1972, Pierre Rosenberg doute de l'attribution à Kauffmann. En décembre 1972, Jacques Thuillier confirme qu'il ne s'agit pas d'une ouvre de Kauffmann. En juillet 1973, il affirme qu'il s'agit d'un chef-d'oeuvre de Gamelin, attribution confirmée par Sylvain Laveissière en mai 1988.

Période création/exécution

3e quart 18e siècle

Millésime création/exécution

1765 vers

Matériaux/techniques

toile, peinture à l'huile

Dimensions

H. 62 cm ; l. 76 cm (81,2 x 96 x 5,8 cm avec cadre)

Sujet représenté

scène (femme, putti, chien)

Précision sujet représenté

Dans un intérieur luxueux, des femmes vêtues à l'antique viennent acheter des amours enfermés dans une petite cage. L'un d'entre eux tire l'oreille d'un chien. Le thème de la marchande d'amours traité par J-M Wien pour la première fois à partir d'une fresque retrouvée à Gragnano, connut un très grand succès au Salon de 1763 et lança la mode dite “à la grecque”. Le peintre ne s'attache ici ni aux dieux ni aux héros mais aux images gracieuses si prisées à l'époque.

Etat de conservation

Bon état ; 2009/03/10

Lieu de conservation

Clermont-Ferrand ; musée d'art Roger-Quilliot

Statut juridique

propriété de la commune ; legs ; Clermont-Ferrand ; musée d'art Roger-Quilliot

Date acquisition

1892

Numéro d'inventaire

2624 ; 894.405.1

Rédacteur

MEYER Christelle ; BOUJU Justine

Copyright notice

© Ville de Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot, 2015, © Service des Musées de France, 2016

Crédits photographiques

© Ville de Clermont-Ferrand MARQ ; © Florent Giffard

 

Renseignements sur le musée

 

M0121003672

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53  

Lots de réponses :  


Requête :   ((1765 vers) :MILL )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0