Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 98
Domaine

sculpture

Dénomination

statue

Titre

Esclave

Auteur/exécutant

MANIGLIER Henri Charles ; MICHEL-ANGE (dit), BUONARROTI Michelangelo (d'après)

Précision auteur/exécutant

MANIGLIER : Paris, 1825 ; Paris, 1901
MICHEL-ANGE : Caprese, 1475 ; Rome, 1564 ; nationalité : Italienne

Ecole

France ; Italie (d'après)

Période création/exécution

4e quart 19e siècle

Millésime création/exécution

1879 entre ; 1881 et

Historique

cette copie des esclaves de Michel-Ange, orgueil du Connétable à Ecouen, furent commandées par le duc d'Aumale pour la décoration de la porte d'honneur du château de Chantilly et payées, en même temps que deux bas-reliefs sur pierre, 23000 francs. Le sculpteur Henri Maniglier figura au Salon dès 1850 puis en 1863 et en 1868. Les statues originales devaient faire partie du tombeau de Jules II. Le projet ayant été modifié, elles quittèrent l'Italie et arrivèrent à la cour du roi de France par l'intermédiaire d'un exilé florentin, le maréchal Roberto Strozzi. Offertes au Connétable, qui les avait installées à l'entrée de son château d'Ecouen, elles y restèrent jusqu'à la Révolution et entrèrent au Louvre en 1794. Certains y voient l'asservissement des Arts après la mort du Pape, grand mécène. D'autres reprennent l'idée de Platon qui veut que l'âme humaine soit enchaînée à un corps pesant. L'esclave de droite, le rebelle, donne l'impression de vouloir se libérer d'une emprise mystérieuse, le bras tente de se détacher, sa jambe droite s'appuie sur le socle pour donner l'énergie nécessaire à la libération, qu'elle soit physique, politique ou esthétique. L'esclave de gauche, le mourant, se laisse porter par son destin. L'un a une musculature exagérée montrant son effort, la tête est droite, les yeux sont ouverts. L'autre a une musculature qui reste timide, la tête est penchée en arrière, les yeux sont clos, symbole d'un abandon. (Source : Marengo, Françoise)

Matériaux/techniques

marbre

Sujet représenté

figure (homme, esclave, nudité)

Lieu de conservation

Chantilly ; musée Condé

Statut juridique

propriété privée personne morale ; interdiction de prêt et de dépôt ; donation sous réserve d'usufruit ; Chantilly ; musée Condé

Date acquisition

1886 acquis ; 1897 entrée matérielle

Anciennes appartenances

Henri d'Orléans duc d'Aumale

Numéro d'inventaire

OA 4249

Bibliographie

MARENGO, Françoise. Château de Chantilly, les statues du parc. Groupe d'étude des monuments et oeuvres d'art de l'Oise et du Beauvaisie. Bulletin n° 140, 2009.

Copyright notice

© Chantilly, Musée Condé, © Service des musées de France, 2013

Crédits photographiques

© musée Condé de Chantilly

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

Cet artiste aux Archives Nationales (base Arcade)

 

50520006782

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55   56   57   58   59   60   61   62   63   64   65   66   67   68   69   70   71   72   73   74   75   76   77   78   79   80   81   82   83   84   85   86   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100   101   102   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118   119   120   121   122   123   124   125   126   127   128   129   130   131   132   133   134   135   136   137   138   139   140   141   142   143   144   145   146   147   148   149   150  

Lots de réponses :  


Requête :   ((1881 entre) :MILL )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0