Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 1380
Domaine

mobilier

Dénomination

brasero

Appellation

chariot à braises

Période création/exécution

1ère moitié 14e siècle

Historique

Les alliages métalliques qui le constituent sont de deux types : à base de cuivre pour la tôle de caisse du foyer, à base de fer pour le reste. Si l'ensemble, par sa facture, évoque bien le 14e s., on note toutefois quelques ajouts postérieurs. Une caisse supplémentaire (19 ou 20e s.) était d'ailleurs venue doubler celle en cuivre : nous avons préféré la faire retirer lors de l'intervention de restauration, afin de rendre à l'objet sa lisibilité médiévale. En ce 14e s., le serrurier (nous employons ce terme génériquement, car l'on distingue encore mal pour cette époque les frontières attributives des travaux entre les métiers de la forge) travaille encore la plupart du temps le métal à chaud, chaque pièce étant encore façonnée quasi centimètre par centimètre. On n'usine pas encore (ou rarement : seulement pour les clés et serrures) le métal au burin ou à la lime, par coupe du métal à froid, travail rendu possible au 15e s. par la production de fer ou de tôle en plaque de diverses épaisseurs permettant des décors repercés. Le recours à une tôle de cuivre pour la caisse pourrait ainsi s'expliquer par l'indisponibilité de cette forme de fer. Enfin, on distingue sur ce brasero différents types de liaison ou d'assemblage : par soudure à chaude portée ou encollage du fer (le fer a la faculté sous l'action du feu de se souder lui-même, propriété qui ne laissa pas d'intriguer le monde médiéval de la forge), comme pour les branches des roues ; par rivetage (caisse, barreaux : on martèle jusqu'à former une tête plate qui va retenir de part et d'autre la pièce) ; par clavetage (avantage du démontage facile), avec ces clavettes à tête en boucle ; par filetage pour les cabochons tournés qui désignent au moins la fin du Moyen-âge (où commence à se répandre l'usage de vis et d'écrous pour l'assemblage), et dont on voit ici dépasser le filet extérieur mâle.

Matériaux/techniques

fer, cuivre

Description

alliage à base de cuivre pour la caisse du foyer ; à base de fer pour le reste

Précision utilisation/destination

Les usages anciens de ce brasero que nous pouvons déceler vont de celui - primordial - de l'allumage du feu nouveau lors de la veillée de Pâques (ainsi que nous permettent de le dire un certain nombre d'exemples extérieurs, anciens comme modernes), à celui de dispositif de chauffage dans de petites pièces (dans le revestiaire ou la sacristie par exemple, où il fait encore très froid parfois aujourd'hui), en passant par ce qui fut donc son dernier usage connu, la manipulation des charbons d'encensement. La célébration de la Vigile pascale commence en effet par la bénédiction du feu nouveau : les lumières étant éteintes le soir du Jeudi saint, il faut allumer une flamme neuve pour la célébration de la nuit du Samedi saint au Dimanche de Pâques, qui marque la résurrection du Christ. Un grand feu est allumé à l'extérieur de l'église (comme sur le parvis, à Noyon) ou à l'intérieur. Le prêtre allume alors le(s) cierge(s) pascal(s) directement au feu nouveau ou avec une flamme en provenant, et les fidèles entrant dans l'église allument leur cierge au cierge pascal. Notre brasero était donc probablement utilisé directement, comme récipient de préparation du foyer, ou indirectement, en recevant une partie des braises d'un foyer plus grand. Nous ne sommes cependant pas en mesure de dire, aujourd'hui, quand cette utilisation pour la liturgie pascale a cessé.

Lieu de conservation

Noyon ; musée du Noyonnais

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; classé MH

Numéro d'inventaire

MN D 2010.1.1

Dépôt/changement affectation

Noyon ; musée du Noyonnais

Date dépôt/changement affectation

2010

Commentaires

1899/02/25 : classé au titre objet ; paroisse Saint-Eloi du Noyonnais

Bibliographie

Findinier Benjamin : "le brasero de la cathédrale de Noyon, une pièce exceptionnelle des collections de la Ville". Vivre Noyon numéro 45, mai 2012, p.45.

Copyright notice

© Noyon, musée du Noyonnais, © Service des musées de France, 2012

Crédits photographiques

© Conservation des musées

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

08070010510

Notices :  

1201   1202   1203   1204   1205   1206   1207   1208   1209   1210   1211   1212   1213   1214   1215   1216   1217   1218   1219   1220   1221   1222   1223   1224   1225   1226   1227   1228   1229   1230   1231   1232   1233   1234   1235   1236   1237   1238   1239   1240   1241   1242   1243   1244   1245   1246   1247   1248   1249   1250   1251   1252   1253   1254   1255   1256   1257   1258   1259   1260   1261   1262   1263   1264   1265   1266   1267   1268   1269   1270   1271   1272   1273   1274   1275   1276   1277   1278   1279   1280   1281   1282   1283   1284   1285   1286   1287   1288   1289   1290   1291   1292   1293   1294   1295   1296   1297   1298   1299   1300   1301   1302   1303   1304   1305   1306   1307   1308   1309   1310   1311   1312   1313   1314   1315   1316   1317   1318   1319   1320   1321   1322   1323   1324   1325   1326   1327   1328   1329   1330   1331   1332   1333   1334   1335   1336   1337   1338   1339   1340   1341   1342   1343   1344   1345   1346   1347   1348   1349   1350   1351   1352   1353   1354   1355   1356   1357   1358   1359   1360   1361   1362   1363   1364   1365   1366   1367   1368   1369   1370   1371   1372   1373   1374   1375   1376   1377   1378   1379   1380   1381   1382   1383   1384   1385   1386   1387   1388   1389   1390   1391   1392   1393   1394   1395   1396   1397   1398   1399   1400  

Lots de réponses :  

1-200  201-400  401-600  601-800  801-1000  1001-1200  1201-1400  1401-1600  1601-1800  1801-2000  2001-2012 


Requête :   ((14e siècle) :PERI )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0