Joconde - catalogue - dictionnaires
Joconde
Portail des collections
des musées de France
logo  catalogue - notice complète
  icone imprimer
Réponse n° 33
Domaine

dessin

Titre

Xerxès

Auteur/exécutant

VERNET Claude Joseph (?)

Précision auteur/exécutant

Avignon, 1714 ; Paris, 1789

Ecole

France

Période création/exécution

18e siècle

Historique

voir aussi : monté avec le dessin 840.2.23

Matériaux/techniques

papier, sépia

Dimensions

L. 21.5 cm ; l. 36 cm

Inscriptions

cachet

Précision inscriptions

cachet : musée Perpignan

Sujet représenté

scène historique (Xerxès Ier, Assuérus, bataille : marine, mer, vague)

Précision sujet représenté

Xerxès, sur le rivage, assiste au naufrage de la flotte. Cette scène fait référence à la défaite de Xerxès à Salamine. " Xerxès le Grand " ou Assuérus Ier (519-465 av. J.-C.) est un grand roi perse de la dynastie des Achéménides, qui régnèrent en Egypte, à la Basse Epoque, sous la 27ème dynastie. Les historiens contemporains l'assimilent à l'Assuérus de la Bible (livres d'Esther et d'Esdras). Fils de Darius Ier et petit-fils de Cyrus, il soumet, à la mort de son père, l'Egypte révoltée. Puis, il lance une nouvelle offensive militaire contre la Grèce, qui avait résisté à son père. Il cherche notamment à se venger d'Athènes, cité qui avait sauvé les Grecs en 490 avant J.-C. C'est la " Deuxième guerre médique ". A cette fin, il lève une armée importante pour l'époque (vraisemblablement 250 000 hommes ; 1,7 million selon Hérodote), et constitue une flotte de plus de 1 200 navires. Il longe le littoral de la mer Egée jusqu'à Hellespont. Afin de franchir ce détroit, Xerxès fait construire un pont de bateau. Mais celui-ci est détruit par les ouragans. Pour punir la mer, la légende raconte qu'il la fit fouetter. Il réussit finalement à traverser le détroit sur 2 ponts de bateaux. Puis il descend vers la Thrace. La Macédoine et la Thessalie se rendent. Il fait percer l'isthme qui unissait le continent au mont Athos (le canal de Xerxès dans la région d'Ouranopoli), pour permettre le passage de sa flotte. Ce mont avait entravé la progression de son père. Il est arrêté pendant sept jours dans le défilé des Thermopyles, défendu par Léonidas, à la tête de 300 spartiates. Il ne franchit ce défilé qu'après avoir perdu 20 000 hommes. Il prend ensuite Thèbes, Platée, Thespies, et entre sans rencontrer de résistance dans Athènes, qu'il pille et incendie. Cependant sa flotte est anéantie par Thémistocle dans le détroit de Salamine, près des côtes athéniennes, le 23 septembre 480 av. J.-C : devant la supériorité numérique de la flotte perse qui s'apprête à faire débarquer les armées de Xerxès sur le sol grec, les navires athéniens simulent une retraite. Ils entraînent les Perses dans le détroit de Salamine. C'est un piège : le passage entre l'île et le continent est trop étroit. Les bateaux grecs, plus maniables et menés par le stratège athénien Thémistocle, détruisent les navires ennemis qui se sont engouffrés dans le chenal ; les autres fuient. Xerxès assiste à la défaite de son armée du haut d'une colline de l'Attique. Craignant d'être coupé de son empire et de toute possibilité de ravitaillement, Xerxès se retire en Asie Mineure et laisse le commandement de son armée de terre à Mardonios. Mais celle-ci est battue à Platée et à Mycale. Xerxès se rend à Babylone, où il dépose Samaserba qui avait usurpé le pouvoir royal et détruit les grands temples. De retour à Persépolis, il y bâtit des palais, et projeta d'autres constructions dans les différentes parties de son empire. Son règne s'acheva au milieu des intrigues de palais, conduites en partie par sa féroce épouse Amestris, de l'inaction et de la débauche. Il est finalement assassiné, avec son fils aîné, en décembre 465 av. J.-C. ou en janvier 464, par le chef de sa garde ou son ministre Artaban. Celui-ci est exécuté le même jour, et Artaxerxès, fils de Xerxès, succède à son père. Ce sont, sans doute, des trières grecques qui sont représentées sur le dessin, et non des bateaux phéniciens. Sur la côte, sans doute les rivages de Salamine, des civils massés huent l'aile droite grecque, dirigée par Eurybiade, et constituée des navires lacédémoniens, corinthiens et éginètes, qui flanche au départ et recule provisoirement. Thémistocle dirige, lui, tout le reste de la flotte, à savoir, au centre, les flottes de Mégare, Chalcis et des navires athéniens, et surtout sur l'aile gauche une flotte homogène d'environ 120 trières athéniennes.

Date sujet représenté

480/09/23 av JC

Source sujet représenté

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XI ; Hérodote, Enquête, VIII, 84-85 ; Plutarque, Vies parallèles des hommes illustres, Thémistocle, 11 sq., 37 surtout

Lieu de conservation

Perpignan ; musée Hyacinthe Rigaud

Musée de France
au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Statut juridique

propriété de la commune ; achat ; Perpignan ; musée Hyacinthe Rigaud

Date acquisition

1840

Anciennes appartenances

collection Palegry achetée le 24 septembre 1840

Numéro d'inventaire

840.2.24

Bibliographie

catalogue raisonné des objets d'art et d'archéologie du musée de Perpignan, Perpignan, 157

Rédacteur

Claire Muchir

Copyright notice

© Perpignan ; musée Hyacinthe Rigaud, 2006, © Service des Musées de France, 2012

Crédits photographiques

© Claire Muchir, ville de Perpignan

 

demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation

 

Renseignements sur le musée

 

Contact musée

 

M0491001439

Notices :  

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34   35  

Lots de réponses :  


Requête :   ((VIII) :SREP )
Relations :   Synonymes=1, Spécifiques=5, Génériques=0